Monde Au Qatar, Emmanuel Macron ne veut privilégier personne

09:17  07 décembre  2017
09:17  07 décembre  2017 Source:   leJDD

La remontée de la cote de confiance de Macron se confirme

  La remontée de la cote de confiance de Macron se confirme Avec 45% d'opinions positives, la popularité du chef de l'Etat reste bien inférieure à ce qu'elle était avant l'été, à 58%, mais augmente pour la première fois depuis le début de son quinquennat, selon l'institut Odoxa. La cote de popularité d'Emmanuel Macron a progressé d'un point au mois de novembre, confirmant ainsi la hausse observée depuis le début de l'automne, selon un sondage Odoxa pour L'Express, France Inter et la presse régionale publié mardi. Avec 45% d'opinions positives, la popularité du chef de l'Etat reste bien inférieure à ce qu'elle était avant l'été, à 58%, mais augmente pour la première fois depuis le début de son quinquennat, selon l'institut. Dans son sillage, la cote de popularité du Premier ministre gagne un point sur un mois, à 46% d'opinions positives. "Choquées" par la double casquette de Castaner Fait paradoxal, le couple exécutif voit sa popularité baisser chez les sympathisants de La République en marche (-1 point, à 95% pour Macron et -4 points à 92% pour Philippe) quand elle monte fortement chez les sympathisants du Front national (+6 points, à 19%, pour Macron et +7 points, à 24%, pour Philippe). Interrogées sur la double casquette de Christophe Castaner, près des deux tiers des personnes se disent "choquées" qu'il cumule à la fois un secrétariat d'Etat et le poste de délégué général de LREM. L'enquête a été réalisée en ligne les 22 et 23 novembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.009 personnes.

Impossible de trouver cette page. Retour à la page d'accueil.

Le chef de l'Etat consulte les chefs de parti à l'Élysée sur la création d'une liste transnationale en vue du scrutin de 2019.

Emmanuel Macron arrive jeudi au Qatar, c’est l’occasion de signer des contrats mais aussi de montrer que la France n’est l’otage de personne au Moyen Orient. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef international du JDD, François Clemenceau.

Emmanuel Macron arrive jeudi au Qatar, c’est l’occasion de signer des contrats mais aussi de montrer que la France n’est l’otage de personne au Moyen Orient. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef international du JDD, François Clemenceau. © Reuters Emmanuel Macron arrive jeudi au Qatar, c’est l’occasion de signer des contrats mais aussi de montrer que la France n’est l’otage de personne au Moyen Orient. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef international du JDD, François Clemenceau.

En diplomatie, il est toujours plus facile de dire que de faire. Mais Emmanuel Macron ne pourra pas dire qu’il n’a pas essayé. Depuis son arrivée à l’Elysée, il a voulu rompre en partie avec les pratiques de ses prédécesseurs : l’un avait privilégié le Qatar (Nicolas Sarkozy), l’autre l’Arabie Saoudite (François Hollande). Emmanuel Macron, lui, a d’abord essayé de se mettre au mieux avec le prince héritier des Emirats arabes unis et puis, là-dessus, la crise au sein du Conseil de Coopération du Golfe a éclaté.

RATP et Keolis sur la voie d'un mégacontrat de plus de 3 milliards au Qatar

  RATP et Keolis sur la voie d'un mégacontrat de plus de 3 milliards au Qatar RATP Dev et Keolis ont remporté le contrat portant sur la concession du métro de Doha pour un montant de plus de 3 milliards d'euros.Selon des sources concordantes, RATP Dev et Keolis ont remporté un contrat de plus de 3 milliards d'euros (environ 13 milliards de rials qatari) au Qatar en obtenant la concession du métro de Doha sur une vingtaine d'année face au consortium allemand de Deutsche Bahn (DB) et Arriva. Ce contrat obtenu de haute lutte par les deux groupes français pourrait être annoncé lors de la visite d'Emmanuel Macron au Qatar prévue le 7 décembre prochain. En tout cas, c'est l'objectif recherché, explique-t-on à La Tribune.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Ne le dis à personne .

Le Qatar s’est donc trouvé isolé, banni, sous blocus. La France a essayé de jouer les médiateurs mais sans préjuger du rôle du Koweït qui a été accepté par les deux camps en présence. Avant-hier, pour la première fois, les dirigeants du Conseil se sont d'ailleurs réunis pour la première fois. Ils ne s’entendent toujours pas mais se voient et se parlent, c’est déjà ça.

Emmanuel Macron cherche à montrer qu’il n’est pas un adepte de la diplomatie binaire

Emmanuel Macron, dans cette guerre d’influence, cherche à montrer qu’il n’est pas un adepte de la diplomatie binaire, avec d’un côté les gentils et de l’autre les méchants. Il aura ce jeudi une discussion franche sur la lutte contre le terrorisme avec le jeune émir du Qatar. La France n’apprécie pas le soutien de l'émirat à l’islam politique en général, aux Frères Musulmans en particulier et aux milices salafistes comme ce fut le cas en Libye.

Florence Parly confirme l'intérêt du Qatar pour 12 Rafale supplémentaires

  Florence Parly confirme l'intérêt du Qatar pour 12 Rafale supplémentaires "C'est un sujet qui est en négociations depuis de longs mois", a confirmé Florence Parly à propos d'une possible transaction portant sur les avions de combat de Dassault Aviation. Comme La Tribune l'avait annoncé la semaine dernière, le Qatar se montre très intéressé par une nouvelle commande portant sur douze Rafale supplémentaires.

Ecouter Emmanuel Macron sur France Inter mercredi 1er février 2017, de 7h à 9h.

Mais elle n’accepte pas non plus que l’Arabie Saoudite s’érige en maître et juge dans cette région où son wahhabisme a servi de caution à nombre de mouvements extrémistes au Proche Orient et en Afrique. Pour Emmanuel Macron, il serait tout aussi dommage que ce conflit dans le Golfe s’envenime une surenchère contre Israël suite au discours de Donald Trump sur Jérusalem. Le Qatar, l’Iran et la Turquie étant les plus alarmistes et les plus virulents dans leurs attaques contre Israël.

Des discussions politiques sur fond de tractations commerciales

Ces discussions politiques et stratégiques se déroulent sur fond de tractations commerciales. Entre les fournitures d’armes (des Rafales et des blindés) et l’accord pour la construction du métro de Doha, Emmanuel Macron pourrait signer pour cinq milliards d’euros de contrats. Cette ligne qui veut que la France parle à tout le monde dans le Golfe permet de ne se fâcher avec personne et de ne dire non à personne lorsqu’il s’agit de vendre nos compétences.

Certains pourraient trouver cela cynique mais d’autres estiment que la France aurait tort de choisir son camp  et de ne traiter qu'avec celui qu'on a rallié. Emmanuel Macron se rendra d'ailleurs d’ici le printemps en Iran. Il essaiera de prouver que l’on peut condamner l’hégémonisme de l’Iran dans toute la région, notamment au Liban, tout en s’offrant en alternative aux États-Unis dont le président Trump, lui, a très clairement misé sur un partenaire privilégié, la seule Arabie et ses alliés. 

Rafale, blindés VBCI : le Qatar, nouveau paradis des vendeurs d’armes français .
Le Qatar, nouveau paradis des vendeurs d’armes françaisC’est ce qu’on appelle un joli cadeau de bienvenue. En ouverture de la visite d’Emmanuel Macron au Qatar, Doha a annoncé jeudi 7 septembre une impressionnante flopée d’accords commerciaux, estimés à 11 milliards d’euros, dont un contrat pour le métro de Ryad, l’achat de 50 A321 à Airbus, mais aussi deux contrats d’armement majeurs. L’émirat a ainsi confirmé l’achat de 12 Rafale supplémentaires, en plus des 24 commandés en mai 2015, ce qui porte la commande ferme totale à 36 appareils. S’y ajoute une option de 36 Rafale supplémentaires, selon l’Élysée.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/monde/-71940-au-qatar-emmanuel-macron-ne-veut-privilegier-personne/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!