Monde Pourrait-on se passer définitivement de l'expérimentation animale ?

20:53  12 janvier  2018
20:53  12 janvier  2018 Source:   mashable.france24.com

Téléphones fixes en prison : aux Baumettes, les familles sont contentes, les surveillants grondent

  Téléphones fixes en prison : aux Baumettes, les familles sont contentes, les surveillants grondent Le ministère de la Justice a annoncé mardi l’installation progressive de téléphones fixes dans chaque cellule dans les prisons françaises. À la prison des Baumettes à Marseille, la mesure satisfait les familles mais suscite un tollé chez les surveillants. © Fournis par Francetv info "C’est une bonne chose. En-dehors du parloir, on peut quand même s’appeler", se réjouit Déborah, devant l’entrée de la prison des Baumettes à Marseille. Elle est venue lundi avec une dizaine d’autres femmes apporter les cadeaux de Noël aux détenus. "Le parloir, c’est une fois par semaine, 45 minutes", rappelle-t-elle.

Le 3 juin, Bruxelles a rejeté la pétition Stop vivisection, qui réclamait l'abrogation de l ' expérimentation animale et avait recueilli plus d'un million de signatures. Découvrez chaque jour toute l'info en direct ( de la politique à l'économie en passant par le sport et la météo) sur Le Monde.fr, le site de news

Doit-on stopper définitivement l ' expérimentation animale ? Votre opinion. Sondage - Animaux .

  Pourrait-on se passer définitivement de l'expérimentation animale ? © Javier Pierini/Getty

Le débat est récurrent et parfois très violent : le recours aux modèles animaux en recherche biologique et médicale est-il indispensable ? S’il existe d’autres méthodes, dites alternatives, pourquoi avoir encore recours aux modèles animaux ?

Les principales questions qui se posent à ce sujet sont les suivantes : Les humains ont-ils le droit d’utiliser les animaux en recherche ? Les animaux sont-ils indispensables et/ou utiles aux progrès de la médecine ? ​Les animaux souffrent-ils ?

Le développement de la pratique du recours aux animaux en recherche biomédicale a été marqué au XIXe siècle par Claude Bernard, médecin et physiologiste, fervent défenseur de la méthode expérimentale. Dans l’"Introduction à l’étude de la médecine expérimentale" publiée en 1865, il écrivait : "On ne pourra arriver à connaître les lois et les propriétés de la matière vivante qu’en disloquant les organismes vivants pour s’introduire dans leur milieu intérieur. Il faut donc nécessairement, après avoir disséqué sur le mort, disséquer sur le vif, pour mettre à découvert et voir fonctionner les parties intérieures ou cachées de l’organisme ; c’est à ces sortes d’opérations qu’on donne le nom de vivisections, et sans ce mode d’investigation il n’y a pas de physiologie ou de médecine scientifique possible."

Vitesse limitée à 80 km/h: un conseil interministériel de sécurité routière se réunira le 9 janvier

  Vitesse limitée à 80 km/h: un conseil interministériel de sécurité routière se réunira le 9 janvier Vitesse limitée à 80 km/h: un conseil interministériel de sécurité routière le 9 janvierUn conseil interministériel de sécurité routière (CISR), où est attendue une annonce sur l'abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse des routes secondaires à double sens, se réunira le 9 janvier, a-t-on appris mercredi auprès de Matignon.

Comment passer de l 'urgence à l'insertion ? Grande consultation sur la solitude en france. Comment se reconstruire après la maltraitance ? Doit-on stopper définitivement l ' expérimentation animale ? Votre opinion. Oui.

Expérimentation animale : peut - on s 'en passer ? Ce mardi 24 avril a lieu la Journée mondiale des animaux dans les laboratoires. De nombreuses découvertes médicales ont été possibles grâce à l ' expérimentation animale .

Il affirmait ainsi la nécessité d’expérimenter sur les animaux vivants. Néanmoins, il se posait la question du droit à le faire : " A-t-on le droit de faire des expériences et des vivisections sur les animaux ? Quant à moi je pense qu’on a ce droit d’une manière entière et absolue... Il est essentiellement moral de faire sur un animal des expériences, quoique douloureuses pour lui, dès qu’elles peuvent être utiles pour l’homme." Pour lui, ce qui ne serait pas moral, ce serait surtout de ne pas chercher à améliorer la médecine des hommes quel qu’en soit le prix à payer par les animaux.

"Êtres sensibles"

Le contexte actuel est bien différent de celui de Claude Bernard et les relations entre notre espèce et les autres animaux ne sont pas comparables. Quelques éléments récents témoignent de cette évolution. En 2016, la notion d’animal "être sensible", déjà dans le Code rural depuis 1976, apparaît dans le code civil. En mai 2017, une expertise collective INRA et EFSA portant sur "La conscience animale" est publiée. Enfin, en juin 2017, l’Union européenne a lancé une plateforme sur le bien-être animal.

Le retour du service militaire obligatoire pourrait être remplacé par un "parcours citoyen"

  Le retour du service militaire obligatoire pourrait être remplacé par un Promesse de campagne d’Emmanuel Macron, le service militaire obligatoire et universel d’un mois pourrait se transformer en "parcours citoyen". franceinfo vous dévoile les premières pistes de réflexion suivies par les députés.Emmanuel Macron l’avait promis durant sa campagne : un service militaire obligatoire et universel d’un mois serait instauré lors de son quinquennat. Finalement, ce nouveau service national pourrait plutôt prendre la forme d’un "parcours citoyen" obligatoire d’une semaine par an. Il s’agit d’une des pistes étudiées par les députés en charge d’établir un rapport qui sera rendu public à la fin du mois.

Une enquête de la Commission des normes, de l 'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est en cours. Pourrait - on se passer définitivement de l ' expérimentation animale ? Mashable FR.

De nos jours, l ' expérimentation animale est employée dans divers domaines comme la biologie fondamentale, la psychologie, l'éducation ou la toxicologie. Nous restreignons notre étude à ce dernier domaine, ainsi qu'au territoire européen.

L’expérimentation animale est la préhistoire de la science. Utiliser des animaux comme modèles biologiques de l’être humain est un non-sens

La période récente a vu les opposants à l’utilisation des animaux en recherche faire entendre leurs voix. Leurs motivations sont diverses. La première d’entre elles est philosophique : toute utilisation des animaux par les humains, que ce soit pour se nourrir, se vêtir, ou faire des recherches scientifiques, est à bannir. En effet, l’espèce humaine est une espèce parmi les autres et n’a aucun droit de disposer des animaux pour ses besoins. Le développement du mouvement vegan est l’expression la plus accentuée de cette philosophie.

Un autre type de motivation est l’affirmation qu’il est impossible de transposer des faits biologiques de l’animal à l’humain. Dans un article de Paris Match de 2015, Claude Reiss, ancien directeur de recherche au CNRS et cofondateur du comité Antidote Europe dont les objectifs sont d’informer à propos des "dégâts de l’expérimentation animale sur la santé humaine et sur l’environnement, et de promouvoir les méthodes substitutives", explique : "L’expérimentation animale est la préhistoire de la science. Utiliser des animaux comme modèles biologiques de l’être humain est un non-sens. Une espèce ne peut pas prédire l’effet d’une substance ou d’un médicament sur une autre espèce : c’est une loi de la biologie. Le chimpanzé, dont le génome présente 98,5 % d’homologie avec celui de l’homme, est insensible au virus du sida."

Bordeaux: Alain Juppé dit non à la publicité éphémère sur les trottoirs

  Bordeaux: Alain Juppé dit non à la publicité éphémère sur les trottoirs Le maire de Bordeaux a pris un arrêté municipal interdisant l'expérimentation de la publicité éphémère sur les trottoirs, autorisée à Bordeaux depuis un décret du 22 décembre dernier ...Le maire de Bordeaux Alain Juppé a pris, mercredi, un arrêté municipal interdisant l'expérimentation, dans sa ville, de la publicité éphémère sur les trottoirs.Cet arrêté fait suite à la publication au Journal officiel, le 22 décembre dernier, d’un décret portant sur l' « expérimentation de marquages sur les trottoirs à des fins publicitaires » dans trois villes, Bordeaux, Lyon et Nantes, à partir du 25 décembre.

Le 3 juin dernier, la Commission européenne a rejeté la pétition « Stop vivisection » qui réclamait l’abrogation de l ’ expérimentation animale (et avait recueilli plus de 1 million de signatures). Elle estime en effet que les modèles animaux continuent d’apporter de nombreux progrès médicaux.

L ’ expérimentation animale est la préhistoire de la science. Utiliser des animaux comme modèles biologiques de l ’être humain est un non-sens. Un suivi des animaux primordial. Concrètement, comment se passe une expérimentation sur les animaux ? On l’a dit, le projet doit être autorisé par

claude-bernard-eleves.jpg © Fournis par France Médias Monde claude-bernard-eleves.jpg

Hormis ces positions radicales, qu’elles défendent l’expérimentation animale à tout prix ou qu’elles la rejettent complètement, des questions continuent à se poser, tant du côté du public, que des chercheurs. Un élément de réponse est la législation. La qualité d’"êtres sensibles" introduite dans le Code civil français en 2016 était en réalité déjà opérante depuis la Loi sur la Protection de la nature (1976). Article L214-1 du Code rural : "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce." De ce fait, il n’est plus possible de se donner seulement des droits, il faut aussi assumer des devoirs envers les animaux.

Que dit la règlementation européenne ?

La réglementation actuelle repose sur la Directive européenne 2010/63/UE concernant les animaux utilisés à des fins scientifiques : datant de 2010, elle a été transposée en droit français en 2013. Elle s’applique aux vertébrés et aux céphalopodes. Elle encadre les pratiques, pour l’essentiel :

Airbus pourrait décrocher une grosse commande en Chine

  Airbus pourrait décrocher une grosse commande en Chine Une annonce pourrait être faite lors de la visite d'Emmanuel Macron à Pekin la semaine prochaine ... © Reuters Airbus pourrait décrocher une grosse commande en Chine Airbus négocierait la vente d'une centaine d'appareils à la Chine. Reuters, qui cite des personnes proches des discussions, indique qu'une annonce pourrait intervenir lors de la visite d'Emmanuel Macro . Le président français sera accompagné de plusieurs chefs d'entreprises, dont des représentants d'Airbus.

Le débat est récurrent, et parfois très violent : le recours aux modèles animaux en recherche biologique et médicale soulève de nombreux questionnements de la société. De même, les acteurs de cette recherche s’interrogent.

Pourrait - on se passer du modèle animal sans freiner la science ? Etat des lieux sur les alternatives à ces expériences menées sur les animaux .Elizabeth Martichoux a invité en plateau Florence Burgat, philosophe et Directrice L ' expérimentation animale : un mal nécessaire ? Diffusée le 24/01/2016.

  • Les conditions d’élevage et d’hébergement des animaux doivent obéir à des normes.
  • Les personnes qui expérimentent doivent avoir une compétence adéquate.
  • Les projets de recherche doivent être autorisés par le ministère chargé de la recherche après avis favorable d’un comité d’éthique, lui-même enregistré auprès du ministère.

Le préambule de la directive européenne précise les objectifs de cette réglementation en 46 considérants. Le considérant 11 affirme la volonté de protection des animaux utilisés en recherche : "Il y a lieu d’envisager systématiquement les principes de remplacement, de réduction et de raffinement lors de la mise en œuvre de la présente directive." Ces principes éthiques ont été énoncés par W.M.S. Russell and R.L. Burch en 1959 pour limiter les souffrances subies par les animaux tout au long de leur vie.

On les désigne par 'les 3R' : Reduction – Refinement – Replacement. La réduction est la diminution du nombre des animaux utilisés ; le raffinement désigne l’amélioration à la fois des conditions de vie des animaux (logement, enrichissement du milieu permettant d’exprimer des comportements propres à chaque espèce…) et des conditions d’utilisation (recours à l’imagerie plutôt qu’à des méthodes invasives, utilisation raisonnée de l’analgésie et de l’anesthésie, mise en œuvre de grilles d’évaluation de l’état des animaux et définition de points limites…) ; le remplacement est le recours à des méthodes alternatives.

Faut-il continuer à expérimenter sur les animaux?

  Faut-il continuer à expérimenter sur les animaux? Il existe des méthodes qui permettent de faire avancer la science sans torturer des rats de laboratoire, mais abandonner totalement le recours à l'expérimentation animale ne tombe pas sous le sens pour autant.Le débat est récurrent, et parfois très violent: le recours aux modèles animaux en recherche biologique et médicale soulève de nombreux questionnements de la société. De même, les acteurs de cette recherche s’interrogent.

Cette expérimentation est- elle utile et peut - on se fier aux résultats obtenus ? Par contre, nous pouvons changer l’avenir en adoptant définitivement des méthodes de recherche qui ne reposent pas sur le modèle animal .

Le 3 juin dernier, la Commission européenne a rejeté la pétition « Stop vivisection » qui réclamait l’abrogation de l ’ expérimentation animale (et avait

manif_cause_animale.jpg © Fournis par France Médias Monde manif_cause_animale.jpg

Le considérant 10 de la directive européenne affirme que le recours à l’utilisation d’animaux en recherche est "nécessaire pour protéger la santé humaine et animale ainsi que l’environnement". Cependant, il pose également que "la présente directive représente une étape importante vers la réalisation de l’objectif final que constitue le remplacement total des procédures appliquées à des animaux vivants à des fins scientifiques et éducatives, dès que ce sera possible sur un plan scientifique." Cette annonce de la disparition de la pratique de l’expérimentation animale dans le futur a soulevé des espoirs forts chez les opposants à l’expérimentation animale.

Il n'y a pas d'opposition simpliste entre la volonté de protéger les animaux et celle de progresser en biologie et biomédecine

C’est probablement un des éléments qui a déclenché l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) Stop Vivisection qui a été présentée à la Commission européenne en 2015. La demande portait sur l’abrogation de la directive pour la remplacer par un texte visant à renoncer progressivement à la pratique de l’expérimentation animale et rendant obligatoire l’utilisation – dans la recherche biomédicale et toxicologique – de données directement pertinentes pour l’espèce humaine. La réponse de la Commission européenne a été d’une part de ne pas accepter d’abroger la directive, d’autre part de s’engager à poursuivre des efforts pour l’application des 3R, en particulier en organisant une conférence pour progresser vers l’objectif de la suppression progressive de l’expérimentation animale.

Nice : une application pour transmettre des vidéos en direct à la police

  Nice : une application pour transmettre des vidéos en direct à la police La ville va expérimenter une application de smartphone permettant à ses utilisateurs d'envoyer en direct à la police les images d'infractions ou accidents qu'ils pourraient constater. Un gain d'efficacité selon ses promoteurs, une initiative qui pourrait à la fois poser un problème moral et de sécurité selon ses détracteurs. © VALERY HACHE/AFP Le Centre de supervision de la police municipale, à Nice, en 2016. Faire de chacun «un citoyen engagé acteur de sa propre sécurité».

Peut - on s ’en passer ? Il faut savoir que l ’ expérimentation animale est précédée par un grande nombre d’expériences en laboratoire qui ne nécessitent pas l’utilisation d’ animaux (on peut faire des cultures de cellules du foie ou du cerveau par exemple pour étudier des effets de produits).

La capture et l’élevage de macaques pour l ’ expérimentation est très controversée et a suscité de fortes protestations au niveau international de la part des défenseurs des animaux , qui considèrent que l’on doit stopper cette cruelle activité.

En décembre 2016, une Conférence scientifique "Non-animal approaches, the way forward" a donc été organisée à Bruxelles. Le programme portait sur des méthodes permettant de limiter la souffrance animale et sur des méthodes alternatives. Mais cela n’a pas répondu à l’attente du mouvement Stop vivisection qui a organisé en parallèle une contre-conférence dont l’objectif principal était d’argumenter sur l’inutilité, voire la nocivité des essais faits avec les animaux. Par la suite, comme cela était prévu, la Commission européenne a réexaminé la directive : la majorité l’a considéréee comme efficace et nécessaire et aucun amendement n’a été proposé.

Incompréhensions de part et d’autre

Toute cette affaire montre à quel point il existe une incompréhension entre les opposants à l’expérimentation animale et la communauté des chercheurs. Il est sans doute simpliste de penser qu’il y a d’une part des arguments subjectifs reposant sur la volonté de protéger les animaux et d’autre part des arguments scientifiques reposant sur la volonté de progresser en biologie et biomédecine. De nombreux arguments scientifiques montrent que l’arrêt de l’expérimentation animale conduirait à un appauvrissement des travaux de recherche en biologie et médecine. Une grande partie des Prix Nobel de ces domaines ont été attribués pour des découvertes pour lesquelles le recours aux modèles animaux avait apporté des éléments décisifs, y compris pour les prix les plus récents.

monument-souris-laboratoires.jpg © Fournis par France Médias Monde monument-souris-laboratoires.jpg

Par ailleurs, il est difficile d’imaginer comment, sans aucun recours à des animaux vivants, par des méthodes in vitro ou des modèles mathématiques, on pourrait étudier les systèmes très complexes impliqués dans de nombreuses fonctions physiologiques et dans de nombreuses pathologies. On peut citer les recherches sur les maladies neurodégénératives, l’étude des processus tumoraux, les rôles et interrelations du microbiote intestinal… Les exemples sont nombreux. Précisons aussi que dans tous ces domaines de recherche, certains essais se font avec des animaux, mais d’autres font appel à des méthodes alternatives.

La question de la transposition de résultats scientifiques d’une espèce animale à une autre doit toujours être une préoccupation

La question de la transposition de résultats scientifiques d’une espèce animale à une autre doit toujours être une préoccupation. Les vétérinaires savent bien que les maladies des animaux qu’ils ont à traiter ou leurs réactions aux traitements peuvent différer d’une espèce à une autre. Cependant, de très nombreuses similitudes existent et la connaissance des génomes montre la proximité entre certaines espèces animales et l’espèce humaine.

Un suivi des animaux primordial

Concrètement, comment se passe une expérimentation sur les animaux ? On l’a dit, le projet doit être autorisé par le ministère chargé de la recherche après avis favorable d’un comité d’éthique qui veille à ce que l’objectif scientifique et les méthodes choisies soient valides, qu’il n’existe pas de méthodes alternatives permettant de ne pas utiliser d’animaux vivants, que toutes les mesures soient prises pour limiter toute souffrance des animaux. Lors du déroulement, en plus de la responsabilité propre des chercheurs concernés, tout le personnel technique participe au suivi des animaux afin de garantir que leurs conditions de vie soient les meilleures possible. D’ailleurs, dans chaque établissement, une ou plusieurs personnes sont désignées comme responsables du bien-être des animaux.

Toutes ces mesures sont indispensables...

Harcèlement : Pécresse annonce l'expérimentation d'arrêts de bus à la demande .
Les expérimentations auront lieu sur une dizaine de lignes à partir de 22h jusqu'à 1h du matin en Seine-Saint-Denis et en Seine-et-Marne. © GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Ile-de-France. «On ne peut pas rester les bras ballants face à une femme qui se fait agresser». Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI dimanche 21 janvier, Valérie Pécresse, présidente LR du Conseil régional d'Ile-de-France, veut accélérer la lutte contre le harcèlement sexuel, notamment dans les transports en commun.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!