Monde Pologne : le président promulgue une loi controversée punissant ceux qui accusent le pays d'avoir participé à la Shoah

14:20  07 février  2018
14:20  07 février  2018 Source:   francetvinfo.fr

Cambodge: le pays veut criminaliser la diffamation royale

  Cambodge: le pays veut criminaliser la diffamation royale Le gouvernement cambodgien a finalisé un projet de loi punissant d'un à cinq ans de prison la diffamation royale. Cette décision inquiète les défenseurs des droits de l'homme.Le délit de diffamation royale n'existait pas jusqu'à présent dans le code pénal cambodgien, contrairement à la Thaïlande voisine qui possède une des lois les plus sévères au monde en la matière. Le nouvel article, qui doit être ajouté au code pénal une fois approuvé par le Parlement cambodgien, vise à « maintenir et protéger la réputation et le nom royal », a expliqué le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan.

Nigeria: des camionnettes pour donner le goût de lire aux enfants. Pologne : le président promulgue une loi controversée punissant ceux qui accusent le pays d ' avoir participé à la Shoah . Migrants : "L'aide au développement de l'Afrique aide les gens à partir".

Le président polonais Andrzej Duda a annoncé mardi qu'il allait signer la loi controversée sur la Shoah , destinée à préserver l'image de son pays La Pologne a était un pays très tolérant durant le moyen âge des milliers de juifs allaient s’y installer. C’est l’occupation allemande et russe (bien avant

  Pologne : le président promulgue une loi controversée punissant ceux qui accusent le pays d'avoir participé à la Shoah © Fournis par Francetv info
Le gouvernement souhaite notamment voir disparaître l'expression "camps de la mort polonais". Le projet de loi avait provoqué la colère d'Israël et de nombreuses critiques.

Utiliser l'expression "camps de la mort polonais" sera désormais passible de trois ans de prison en Pologne. Le président polonais, Andrzej Duda, a promulgué, mardi 6 février, une loi sur la Shoah destinée à défendre la Pologne contre ceux qui l'accusent de complicité avec les crimes nazis. Le texte a provoqué des tensions, notamment avec Israël, et il a été critiqué par la France.

La loi prévoit trois ans de prison pour les personnes, y compris les étrangers, qui accusent la nation ou l'État polonais de participation aux crimes du IIIe Reich. Pour préserver l'image de la Pologne à l'étranger, les conservateurs ont voulu en priorité bannir l'expression "camps de la mort polonais", utilisée parfois par les médias ou les hommes politiques étrangers pour désigner les installations des Allemands en Pologne occupée.

Parlement européen : qui veut les places des Britanniques ?

  Parlement européen : qui veut les places des Britanniques ? Actuellement, les députés du Royaume-Uni occupent 73 sièges de députés qui deviendront vacants dès le 31 mars 2019. L'occasion de corriger les déséquilibres les plus scandaleux dans la représentation des citoyens européens, juge-t-on au Parlement. Le Brexit va laisser un grand vide au Parlement européen. Actuellement, les Britanniques occupent 73 sièges de députés qui deviendront vacants dès le 31 mars 2019. En bonne logique, le nombre d’eurodéputés devrait donc passer de 751 à 678, ce qui devrait permettre de faire quelques économies. Mais le Parlement va adopter cette semaine une proposition un tantinet différente : il veut profiter duAinsi, s’il faut 900 000 Français pour élire un député, 860 000 Espagnols ou encore 840 000 Italiens,

Le président Andrzej Duda a promulgué mardi la loi sur la Shoah destinée à défendre la Pologne contre ceux qui lui attribuent les crimes nazis, mais qui a provoqué des tensions avec Israël, les Etats-Unis et l'Ukraine.

Lire aussi : Pologne : le vote d’ une loi mémorielle sur la Shoah suscite incompréhension et inquiétude. Le président Andrzej Duda a ainsi été le premier à participer aux commémorations du pogrom de Kielce qui a eu lieu en juillet 1946, soit un an et demi après le départ des nazis.

Un risque de censurer la parole des rescapés

"Cette loi est malvenue, il ne faut pas réécrire l'histoire, ce n'est jamais très bon", a réagi le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, sur BFMTV, mercredi, qualifiant le vote de cette loi de "posture condamnable".

Les dirigeants israéliens et des organisations juives internationales y voient une tentative – que Varsovie dément – de nier la participation de certains Polonais au génocide des Juifs, voire d'empêcher les survivants de la Shoah de raconter leur expérience. "Nous ne tolérerons pas qu'on déforme la vérité et réécrive l'histoire ou qu'on nie l'Holocauste", avait lancé le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, en janvier.

Le président polonais a implicitement réagi à ces critiques en demandant au Tribunal constitutionnel de clarifier la définition des déclarations condamnables. Cette solution "préserve les intérêts de la Pologne, notre dignité et la vérité historique", a-t-il assuré, et "tient compte de la sensibilité (...) surtout de ceux qui ont survécu et qui, tant qu'ils peuvent, doivent raconter au monde leurs souvenirs de ce passé et leur expérience".

Sarkozy mettait-il ses ministres sur écoutes ? Les confidences de Wauquiez à l'EM Lyon .
Un enregistrement réalisé à l'insu du président des Républicains a été dévoilé sur TMC. Il y égratigne toute la classe politique. © Copyright 2018, L'Obs Laurent Wauquiez affirme que l'ancien président "contrôlaient les téléphones portables de ceux qui rentraient en Conseil des ministres". Nicolas Sarkozy plaçait ses ministres sur écoutes, et Emmanuel Macron avait mis en place une "cellule de démolition" de François Fillon, affirme Laurent Wauquiez, selon un extrait sonore d'une conférence donnée à l'Ecole de management de Lyon, diffusé vendredi sur TMC.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!