Monde Les États-Unis veulent privatiser la Station spatiale internationale

13:55  12 février  2018
13:55  12 février  2018 Source:   lexpress.fr

Les Etats-Unis grimpent à la 2e place du classement sur l'opacité financière

  Les Etats-Unis grimpent à la 2e place du classement sur l'opacité financière La Suisse reste le pays financièrement le plus opaque sur le globe, d'après le classement de l'ONG Tax Justice Network.Les Etats-Unis sont désormais à la deuxième place du classement mondial sur le secret bancaire, souvent associé au blanchiment d'argent, à la corruption et l'évasion fiscale, a déploré mardi 30 janvier l'organisation non-gouvernementale Tax Justice Network (TJN).

Selon le Washington Post, les États - Unis ne veulent plus financer le coûteux programme, après avoir dépensé quelque 100 milliards de dollars depuis son lancement.

Selon le Washington Post, les États-Unis ne veulent plus financer le coûteux programme, après avoir dépensé quelque 100 milliards de dollars depuis son lancement.

Thomas Pesquet lors d'une sortie orbitale le 13 janvier 2015 à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS). © afp.com/Oleg NOVITSKY Thomas Pesquet lors d'une sortie orbitale le 13 janvier 2015 à l'extérieur de la Station spatiale internationale (ISS).

La Station spatiale internationale pourrait-elle devenir une entreprise privée? C'est le souhait de la Maison-Blanche, qui a fait part de sa volonté de ne plus financer le coûteux programme de la Nasa d'ici quelques années, a révélé dimanche le Washington Post.

L'objectif est de privatiser l'ISS, une station spatiale placée en orbite terrestre basse, pilotée par l'agence spatiale américaine et développée conjointement avec l'agence spatiale russe. L'ISS sert à un équipage international --notamment avec la collaboration des agences spatiales européenne, japonaise et canadienne-- pour développer la recherche scientifique dans l'univers spatial.

Vers une privatisation de l'espace?

  Vers une privatisation de l'espace? Le décollage réussi du lanceur Falcon Heavy de SpaceX et le projet de privatisation de la Station spatiale internationale de l'administration Trump relancent le débat de l'appropriation de l'espace par les entreprises privées.La société SpaceX d’Elon Musk a réussi à créer l’événement le 6 février grâce à la spectaculaire réussite du vol de démonstration du lanceur Falcon Heavy, désormais le plus puissant au monde, devant ceux que les États peuvent envoyer dans l’espace.

La Maison Blanche songe à privatiser la Station spatiale internationale . Publié le 12/02/2018 | 14:21. RÉFLEXION - Les États - Unis ont dépensé quelque 100 milliards de dollars dans le lancement et les frais de fonctionnement de l'ISS.

La Maison Blanche ne veut plus financer l'ISS, et envisage de céder le programme à des entreprises qui pourraient ainsi exploiter la station placée en orbite terrestre à des fins privées, rapporte le Washington Post.

La Nasa va développer ses partenariats internationaux"

"La décision de mettre fin au soutien fédéral direct pour l'ISS en 2025 ne signifie pas que la plateforme elle-même sera retirée de l'orbite à ce moment-là - il est possible que l'industrie puisse continuer à faire fonctionner certains éléments ou capacités de l'ISS dans le cadre d'une future plateforme commerciale", peut-on lire dans un document interne de la Nasa dont le quotidien a eu connaissance.

"La Nasa va développer ses partenariats internationaux et commerciaux sur les sept prochaines années pour assurer la présence et l'accès continus des humains à l'orbite terrestre basse", poursuit le document.

Le gouvernement américain va provisionner dans son budget 2019, qu'il doit dévoiler lundi, 150 millions de dollars "pour rendre possible le développement et la maturation d'entités et de capacités commerciales qui vont s'assurer que ceux qui prendront le relais de l'ISS (...) soient opérationnels" en temps et en heure.

Deux astronautes japonais et américain ont débuté une sortie orbitale

  Deux astronautes japonais et américain ont débuté une sortie orbitale Deux astronautes, japonais et américains, ont entamé vendredi une sortie hors de la Station spatiale internationale (ISS) afin de de réparer le bras télémanipulateur de l'avant-poste orbital et de conserver certaines pièces. La sortie a débuté à 12H00 GMT, lorsque les astronautes ont branché leurs combinaisons spatiales en mode autonome avant de s'aventurer dans le vide spatial. Elle devrait durer six heures et demie. Les images diffusées sur le site de la Nasa montraient les deux astronautes s'activant autour du bras peu après le début de leur sortie et les scientifiques concentrés sur leurs écrans dans la salle de contrôle.

Selon le Washington Post, les États - Unis ne veulent plus financer le coûteux programme, après avoir dépensé quelque 100 milliards de dollars depuis son lancement.

Les États - Unis veulent privatiser la Station spatiale internationale . Selon le Washington Post, les États - Unis ne veulent plus financer le coûteux programme, après avoir dépensé quelque 100 milliards de dollars depuis son lancement.

Pour assurer la transition, la Maison-Blanche prévoit de demander "des analyses de marché et des plans de développement" au secteur privé.

Certaines opérations déjà sous-traitées depuis Bush

La décision devrait toutefois être fraîchement reçue car, comme le rappelle le Washington Post, les États-Unis ont déjà dépensé quelque 100 milliards de dollars dans le lancement et les frais de fonctionnement de l'avant-poste orbital.

Depuis la présidence de George W. Bush (2001-2009), la Nasa a commencé à sous-traiter certaines opérations, en premier lieu les vols de ravitaillement qui sont désormais effectués par SpaceX et Orbital ATK. Tendance qui s'est accentuée sous le mandat de Barack Obama.

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Thomas Pesquet se reconvertit en pilote Zéro-G pour des vols en apesanteur .
L'astronaute français va rejoindre l'équipe de Novespace, l'entreprise qui commercialise les vols paraboliques permettant de recréer une situation d'impesanteur à bord d'un avion A310.«C'est un peu la jonction de ma vie d'avant, pilote d'Airbus, et de ma vie d'astronaute.» De retour sur Terre après son séjour de six mois à bord de la Station spatiale internationale, Thomas Pesquet a trouvé la reconversion idéale. Il a démarré depuis un mois une formation qui doit lui permettre d'intégrer l'équipe de pilotes de Novespace, la filiale du Cnes (l'agence spatiale française) qui exploite l'Airbus «Zéro-G» à l'aéroport de Mérignac, près de Bordeaux.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/monde/-77648-les-etats-unis-veulent-privatiser-la-station-spatiale-internationale/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!