The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Monde L'ONU accuse Facebook d'avoir propagé la haine contre les Rohingya en Birmanie

13:36  13 mars  2018
13:36  13 mars  2018 Source:   mashable.france24.com

L'ONU veut réunir des preuves de «possibles crimes internationaux» en Birmanie

  L'ONU veut réunir des preuves de «possibles crimes internationaux» en Birmanie L'ONU appelle à la mise en place d'un mécanisme indépendant destiné à examiner les crimes commis contre les Rohingyas en Birmanie. L'appel est venu du Haut-commissaire aux droits de l'homme qui demande la constitution d'une équipe d'enquêteurs chargés de réunir les preuves des exactions. Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme persiste et signe. Le jordanien Zeid Ra'ad al Hussein estime qu'en Birmanie, des actes de génocide ont été commis.

Facebook a déjà été critiqué pour son rôle dans la crise des Rohingya . Mais pour la première fois, un enquêteur de l ' ONU s'est exprimé sur le sujet.

Aubin a écrit le 13/03/2018 à 17:06 : Ai -je bien lu ? Facebook accusé par l ' ONU de propager des discours de haine et des fausses nouvelles en Birmanie .

Facebook a déjà été critiqué pour son rôle dans la crise des Rohingya. Mais pour la première fois, un enquêteur de l'ONU s'est exprimé sur le sujet.

Une jeune femme consulte son compte Facebook dans un bus à Rangoun. © AFP/GETTY Une jeune femme consulte son compte Facebook dans un bus à Rangoun.

Marzuki Darusman, président de la mission d'enquête internationale indépendante des Nations unies en Birmanie, a déclaré à des journalistes que les médias sociaux avaient joué un "rôle déterminant" dans la propagation des propos haineux à travers le pays, selon Reuters.

"Cela a contribué de manière substantielle au niveau d'acrimonie et de dissension et de conflit, si vous voulez, au sein de la population. Le discours de haine fait certainement partie de cela. En ce qui concerne la situation en Birmanie, les réseaux sociaux c'est Facebook (...)", a expliqué Darusman Marzuki. 

Pourquoi BlackBerry attaque Facebook en justice

  Pourquoi BlackBerry attaque Facebook en justice BlackBerry a déposé plainte contre le réseau social et ses filiales WhatsApp et Instagram pour violation de brevets. © Regis Duvignau/Reuters Le groupe canadien estime que certaines des technologies et fonctionnalités de BlackBerry Messenger ont été copiées. C'est une époque que les gens de moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Celle où posséder un téléphone BlackBerry était un «must».

La première estimation de l’importance chiffrée des messages haineux sur Facebook a été établi dans le "panorama sur la haine en ligne" remis au gouvernement. VOIR AUSSI : L ' ONU accuse Facebook d ' avoir propagé la haine contre les Rohingya en Birmanie .

Selon des experts des Nations unies ( ONU ), Facebook aurait joué un rôle « déterminant » dans la crise qui secoue la Birmanie . Le réseau social est accusé d ’ avoir laissé se propager des discours de haine et des appels à la violence envers les musulmans rohingya .

L'escalade de la violence a contraint plus de 650 000 musulmans rohingyas à fuir de l'autre côté de la frontière vers le Bangladesh, selon ce que le chef des droits de l'homme de l'ONU a décrit comme "un exemple de nettoyage ethnique".

"J'ai peur que Facebook soit maintenant devenu une bête, et pas ce qu'il avait l'intention d'être à l'origine"

Facebook est une source d'information majeure pour les Birmans, où la plateforme a été utilisée pour susciter l'indignation du public contre les Rohingya. "Elle a été utilisée pour véhiculer des messages publics mais nous savons que les bouddhistes ultranationalistes ont leurs propres réseaux Facebook et incitent vraiment beaucoup à la violence et à la haine contre les Rohingya ou d'autres minorités ethniques", a déclaré l'enquêteur de l'ONU au Myanmar Yanghee Lee, rapporte Reuters. "J'ai peur que Facebook soit maintenant devenu une bête, et pas ce qu'il avait l'intention d'être à l'origine."

LEAD 1-Le chef de la sécurité de Facebook sur le départ

  LEAD 1-Le chef de la sécurité de Facebook sur le départ Alex Stamos, le responsable de la sécurité des systèmes d'information de Facebook, quittera son poste en août, a-t-on appris de source proche du dossier, confirmant une information révélée par le New York Times. Son départ est la conséquence de désaccords internes sur le rôle de Facebook dans la propagation de fausses nouvelles, précise le NYT.D'après cette source, les responsabilités d'Alex Stamos ont déjà été transférées à d'autres cadres de la société.

L ’ ONU accuse Facebook d ’ avoir laissé se propager des discours de haine contre les Rohingya 6. En Birmanie , où le réseau social est particulièrement populaire, des ultranationalistes l’ont utilisé pour diffuser des appels à la violence envers la minorité musulmane.

L ' ONU accuse Facebook d ' avoir propagé la haine contre les Rohingya en Birmanie . En Syrie, l ' ONU accuse Damas d ' avoir utilisé des armes chimiques dans la Ghouta orientale. Les trois dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées, selon l ' ONU .

Un porte-parole de Facebook a déclaré à Mashable que le réseau social avait des "règles claires" contre les discours haineux et l'incitation à la violence, et que l'entreprise travaillait dur pour maintenir cela hors de la plateforme. "Nous travaillons avec les communautés locales et les ONG pour mieux faire connaître nos politiques et notre processus de signalement, et cherchons toujours des moyens d'améliorer l'expérience des gens sur Facebook", a assuré le porte-parole. "En Birmanie, nous avons déployé des versions localisées et traduites de nos normes communautaires et nous avons créé une page de sécurité dédiée, que nous nous efforcons de promouvoir avec nos partenaires, et nous avons également créé des stickers #Panzagar [Dites-le avec des fleurs, NDLR] pour aider à promouvoir un discours positif en ligne."

"En apprenant des experts sur le terrain, nous continuerons à affiner la façon dont nous mettons en œuvre et faisons la promotion de nos politiques afin de garantir la sécurité de notre communauté, en particulier les personnes vulnérables ou attaquées", promet Facebook.

– Adapté par Steven Jambot. 

Commerzbank suspend ses publicités sur Facebook après le scandale .
Commerzbank a décidé de suspendre la diffusion de ses publicités sur Facebook jusqu'à nouvel ordre après le scandale sur la collecte massive des données privées des utilisateurs du réseau social, a déclaré le responsable de la stratégie de la marque la deuxième banque allemande au quotidien financier Handelsblatt. "Nous suspendons notre campagne sur Facebook. La sécurité de la marque et la sécurité des données sont très importantes à nos yeux", déclare Uwe Hellmann, ajoutant que la banque attend des éclaircissements avant de nouvelles décisions.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!