Monde Irak: le calvaire des femmes suspectées de liens avec l’Etat islamique

13:40  17 avril  2018
13:40  17 avril  2018 Source:   rfi.fr

Attaque à la camionnette à Münster : les troubles psychiques du conducteur au cœur de l'enquête

  Attaque à la camionnette à Münster : les troubles psychiques du conducteur au cœur de l'enquête Après avoir écarté la piste de l'attentat islamiste, puis celle de liens avec l'extrême droite, le police se concentre sur la personnalité du chauffeur, qui a tué deux personnes samedi dans la ville allemande. Au lendemain de l’attaque à la camionnette de Münster (Rhénanie du Nord-Westphalie), qui a coûté la vie à 2 personnes, l’enquête se concentre désormais sur la personnalité, visiblement troublée, du conducteur. Dans les moments de confusion qui ont suivi l’attaque, les spéculations se sont multipliées. La presse a rapidement évoqué la piste d’un attentat islamiste.

IRAK - Les enfants soldats de l ’ État islamique - EI. 00:41. Des combattants kurdes détruisent un camion de l ' Etat islamique en Irak . 01:56. Ces femmes sont mêmes soupçonnées de maintenir des liens avec l ' Etat islamique .

Cet article concerne l'organisation djihadiste. Pour le régime politique, voir État islamique . L ' État islamique (en arabe الدولة الإسلامية, ad-dawla al-islāmiyya), abrégé en EI, est une organisation terroriste, militaire et politique

Des femmes et des enfants irakiens dans un camp de réfugiés à Hammam al-Alil à l'ouest de Mossoul, avril 2017. (Image d'illustration)© CHRISTOPHE SIMON / AFP Des femmes et des enfants irakiens dans un camp de réfugiés à Hammam al-Alil à l'ouest de Mossoul, avril 2017. (Image d'illustration)

En Irak, les femmes et les enfants soupçonnés d'avoir été en lien avec l'organisation Etat islamique sont aujourd'hui encore victimes de châtiments collectifs, d'exploitation sexuelle, enfermés dans des camps de déplacés, privés d'aide humanitaire.

Dans un rapport intitulé « Les condamnés: femmes et enfants isolés, coincés et exploités en Irak », l'organisation des droits de l'homme révèle avoir enquêté dans huit camps de déplacés.

L'enquête montre par exemple que les femmes sont souvent privées de papiers d'identité et rejetées pas leur communauté d'origine, c'est ce qu'explique Lynn Maalouf, directrice de recherche Moyen-Orient d'Amnesty. « Soit ces femmes se voient confisquer leurs papiers d’identité, tout simplement par les autorités des camps, soit alors elles les ont perdus en prenant la fuite lors des combats. Ces femmes-là aujourd’hui, elles nous ont toutes fait état de problèmes pour pouvoir renouveler leurs papiers. Ce qui fait que, même si on leur permet de sortir des camps, elles vont devoir passer par les checkpoints, et sans leurs papiers d’identité, elles ne pourront plus arriver là où elles voudraient arriver, vers leur région d’origine, si c’était leur destination. »

Premier match officiel en Irak depuis presque 30 ans

  Premier match officiel en Irak depuis presque 30 ans Le peuple irakien va enfin pouvoir regoûter aux joies des matchs internationaux. Ce mardi, le club d'Al-Zawraa, basé à Bagdad, reçoit les Libanais d'Al-Ahed en Coupe AFC, l'équivalent asiatique de la Ligue Europa, chez lui en Irak. C'est la première fois depuis le début des années 1990 qu'une équipe irakienne est autorisée à accueillir son adversaire à domicile en match officiel, et non sur terrain neutre, .

En janvier et février 2016, Human Rights Watch a mené des entretiens avec 36 femmes ayant réussi à s’échapper de zones contrôlées par l ’ Etat islamique en Irak : 21 femmes musulmanes sunnites originaires de la région de Hawija

VIDÉO - Les femmes qui ont vécu dans des territoires de l' Irak occupés par l ' État islamique avant 2017 sont aujourd'hui rejetées par la société irakienne. Les raisons qui les amènent à être suspectées de liens avec l ' État islamique sont diverses et parfois floues.

L’effet boomerang

Il y a d’autres problèmes aussi pour celles qui arrivent à sortir des camps de déplacés et qui voudraient revenir chez elles. « Il y a des actes de vengeance, il y a beaucoup de cas où des maisons sont détruites, des familles qui sont stigmatisées, il y a même des décisions au niveau des autorités tribales comme quoi les femmes ne peuvent rentrer que si elles se remarient, ou alors que les femmes et leurs filles ont le droit de rentrer, mais pas les fils, poursuit Lynn Maalouf. C’est un effet boomerang : des familles qui essaient de sortir des camps de déplacés pour retrouver leur maison, mais qui se voient revenir dans les camps parce qu’elles ont trouvé qu’il n’y avait pas de possibilité de rester dans leur communauté ».

Bagdad a déclaré en décembre la « victoire » contre le groupe Etat islamique (EI), dont le « califat » autoproclamé s'étendait depuis 2014 à cheval sur la Syrie et l'Irak.

L'errance des femmes irakiennes qui ont vécu sous l'État islamique .
Les femmes qui ont vécu dans des territoires de l'Irak occupés par l'État islamique avant 2017 sont aujourd'hui rejetées par la société irakienne. Dans un rapport intitulé «Les condamnées», Amnesty International fait état de l'exclusion et des abus dont elles sont victimes. © Khalid Al Mousily/REUTERS Au terme de trois ans de conflits armés, l'impact de la guerre sur les civils est encore d'actualité.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!