Monde Etats-Unis : plainte collective contre la reconnaissance faciale dans Facebook

13:40  17 avril  2018
13:40  17 avril  2018 Source:   L’Obs

USA-Une action de groupe contre Facebook jugée recevable

  USA-Une action de groupe contre Facebook jugée recevable Un juge fédéral américain a déclaré recevable une demande de plainte en nom collectif contre Facebook, accusé d'avoir mis en place une technologie de reconnaissance faciale sur des photos sans la permission des utilisateurs. Cette nouvelle affaire vient s'ajouter au scandale des données personnelles de millions d'utilisateurs de Facebook détournées au profit de Cambridge Analytica, un cabinet britannique de conseil politique ayant notamment travaillé pour Donald Trump lors de la dernière campagne présidentielle aux Etats-Unis.

Mais l’initiative déplaît aux Etats - Unis , où Facebook est déjà en procès pour l’utilisation de son système de reconnaissance faciale pour les photos. En décembre dernier, une action collective a été menée dans l’Illinois. Les plaignants affirment que l’entreprise sauvegarde des données

Mais l’initiative déplaît aux Etats - Unis , où Facebook est déjà en procès pour l’utilisation de son système de reconnaissance faciale pour les photos. En décembre dernier, une action collective a été menée dans l’Illinois. Les plaignants affirment que l’entreprise sauvegarde des données

Analyse du visage d'une femme par un logiciel de reconnaissance faciale © Copyright 2018, L'Obs Analyse du visage d'une femme par un logiciel de reconnaissance faciale

Un juge a déclaré recevable une demande de "class action" contre la collecte de données privées d'utilisateurs liées à la reconnaissance faciale.

Pour Facebook, qui traîne comme un boulet l'affaire Cambridge Analytica et dont le PDG Mark Zuckerberg, à peine sorti de deux jours d'audition par les parlementaires américains, est incité à renouveler l'exercice avec les eurodéputés, c'est une pression de plus : un juge américain a déclaré lundi 16 avril recevable la demande de plainte en nom collectif ("class action") contre Facebook sur des accusations de collecte illégale de données privées d'utilisateurs liées à un outil de reconnaissance faciale.

RGPD : Facebook fait le service minimum pour la protection des données

  RGPD : Facebook fait le service minimum pour la protection des données RGPD : Facebook fait le service minimum pour la protection des donnéesAlors que la polémique sur son utilisation des données personnelles ne s'essoufle pas, Facebook a finalement rendu public, mardi 18 avril, les ajustements qu'il comptait apporter à ses paramètres de confidentialité en vue de l'entrée en application, le 25 mai, du Règlement général sur la protection des données, le fameux RGPD (GDPR, en anglais).

La Banque nationale suisse a pris connaissance du fait qu’une plainte collective pourrait être déposée contre elle , aux Etats - Unis , en raison de ses opérations sur or pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette information appelle la prise de position suivante

En effet, la possibilité de classer vos photos en fonction de la reconnaissance des visages fait déjà polémique. Le système d'Apple, à contrario avec ceux de Google et Facebook est différent surtout concernant la façon dont les données sont collectées et surtout stockées.

Ce litige concerne une fonctionnalité lancée par Facebook en 2010, et suggérant des noms d'utilisateurs à identifier sur les photos qui ont été publiées sur le réseau. Un outil permet ensuite d'identifier automatiquement les personnes figurant sur les photos publiées sur Facebook.

Facebook vous suit, même si vous n’y êtes pas inscritLe juge de San Francisco, James Donato, avait déjà rejeté en 2016 un recours de Facebook contre cette plainte d'utilisateurs de l'Illinois. Cette fois, il a accepté de plus de qualifier désormais la plainte en "class action", selon sa décision.

Les allégations des plaignants sont "suffisamment homogènes pour permettre une juste et efficace résolution sur une base collective", a écrit le juge.

Tchad : l'interdiction de voyager aux Etats-Unis levée par Washington

  Tchad : l'interdiction de voyager aux Etats-Unis levée par Washington Le Tchad n'est plus sur la liste noire des Etats-Unis. Le Département d'Etat américain a annoncé mardi 10 avril la levée de l'interdiction d'entrée sur le territoire américain imposée aux Tchadiens et affirme que le pays a répondu aux exigences de Washington. L'ex-secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson l'avait promis il y a deux mois lors d'un court séjour à Ndjamena. C'est chose faite. Le président américain Donald Trump a annoncé hier que le Tchad ne figure plus sur la liste des pays dont les ressortissants ne peuvent plus entrer aux États-Unis, mais cette mesure ne sera effective qu'à partir du 13 avril.

Il est souvent avancé que Facebook étant basé aux Etats - Unis , il n'est pas possible de faire grand chose depuis l'Europe. Texte de la plainte (PDF) Pièces jointes (ZIP). 09. 18-AOU-2011. Reconnaissance faciale .

Une plainte collective contre Instagram a été déposée devant un tribunal américain pour empêcher la modification des règles de confidentialité. Devant entrer en vigueur le 16 janvier prochain, la nouvelle politique stipulait que la filiale de Facebook s’arrogerait le droit d’utiliser et de revendre les photos

Photos scannées pour identification

La "class action" concerne "les utilisateurs de Facebook situés dans l'Illinois pour lesquels Facebook a créé et conservé [des profils types répertoriant les caractères géométriques de leurs visages] après le 7 juin 2011", est-il précisé. La justice a néanmoins refusé que la plainte collective concerne tous les usagers de cet État apparaissant dans une photo sur Facebook.

La fonctionnalité contestée repose sur un programme de reconnaissance faciale qui scanne les photos du réseau où des personnes sont déjà identifiées, afin de constituer des sortes de profils répertoriant des caractères géométriques du visage propres à chaque individu. Ces profils sont ensuite comparés aux nouveaux clichés mis en ligne pour proposer des identifications.

Pour les plaignants, cela se fait à l'insu des utilisateurs, et contrevient aux lois de l'Illinois sur la biométrie.

Kristina Mladenovic offre le point de l'égalisation contre les Etats-Unis !

  Kristina Mladenovic offre le point de l'égalisation contre les Etats-Unis ! par Grégoire Duez (iDalgo)

Donald Trump. Etats - Unis . Europe. Son ambition s’étend en fait bien au-delà de la reconnaissance faciale : il aimerait pouvoir analyser les textes des statuts Facebook ainsi que les commentaires afin de déchiffrer l’humeur de l’utilisateur et le contexte du message.

Le réseau social généralise un système mis en place aux Etats - Unis depuis 2010 consistant pour l'internaute à mettre automatiquement un nom sur un visage dans ses photos publiées, si la personne est déjà identifiée sur d'autres clichés et fait partie de ses "amis".

"Nous sommes en train d'examiner la décision. Nous continuons à penser que l'affaire est sans fondement et nous nous défendrons vigoureusement", a indiqué une porte-parole de Facebook à l'AFP.

Des plaignants ignorants ? Argument rejeté

Pour plaider sa cause, Facebook a argumenté que les plaignants "ne connaissent presque rien" au système en cause ; ses avocats n'ont pas convaincu le juge, qui écrit dans son jugement que "la déposition des plaignants montre une compréhension parfaitement adéquate du cas, et elle manifeste clairement leurs préoccupations quant au traitement par Facebook de données personnelles biométriques".

Facebook développe la reconnaissance faciale... de dos. Le réseau social a aussi plaidé que ses serveurs n'étant pas dans l'Illinois, les lois de cet État ne s'appliquent pas. Le juge Donato n'a pas davantage accepté cet argument, et il écrit :

"Contrairement à la suggestion de Facebook, l'emplacement géographique de ses serveurs de données n'est pas un facteur déterminant. L'emplacement du serveur peut être un facteur dans l'enquête sur la territorialité, mais il n'est pas exclusif."

L'outil de reconnaissance faciale de Facebook, étendu à plusieurs pays après les États-Unis, avait déjà suscité de vives craintes en 2011 quant au respect de la vie privée des utilisateurs. En conséquence, la compagnie en a suspendu l'utilisation en Europe depuis septembre 2012.

T. N. (avec AFP)

Zuckerberg dit que ses propres données Facebook ont été détournées .
Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a annoncé mercredi aux parlementaires américains qu'il faisait lui-même parti des dizaines de millions d'utilisateurs du réseau social dont les données personnelles ont été détournées au profit de Cambridge Analytica. Pour sa deuxième audition en deux jours devant des commissions du Congrès des Etats-Unis, Mark Zuckerberg a cependant rejeté l'idée avancée par certains élus à la lumière de ce scandale selon laquelle les utilisateurs n'ont pas un contrôle suffisant de leurs données sur ce réseau."Chaque fois que quelqu'un choisit de partager quelque chose sur Facebook (...

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!