The page you are looking for is temporarily unavailable.
Please try again later

Sport Pétrole et gaz iraniens: la Chine aux aguets, face au retrait des USA

12:25  17 mai  2018
12:25  17 mai  2018 Source:   msn.com

Nucléaire iranien : la Chine appelle à sauvegarder l'accord de 2015

  Nucléaire iranien : la Chine appelle à sauvegarder l'accord de 2015 Le ministère chinois des Affaires étrangères a dit "regretter" mercredi la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Au lendemain de l'annonce du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, la Chine a appelé, mercredi 9 mai, à sauvegarder le texte. Elle dit "regretter" cette décision et "appelle toutes ses parties à agir de façon responsable" pour revenirau respect du texte, a martelé le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

La Chine s'est déclarée vendredi prête à "aller jusqu'au bout" et "quel qu'en soit le prix" dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis Un Ex-agent De La Cia Inculpé D'espionnage Au Profit De La Chine . Service Commercial. Senegal : +221 33 860 09 50 | Usa , Canada, Europe : +1 703 348

L’annonce du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien n’est pas passée inaperçue sur les marchés de l’or et du pétrole . Les USA impuissants devant les missiles hypersoniques russes Kinjal? Bilan provisoire de la guerre commerciale contre la Chine : les USA ne s’y attendaient pas.

La Chine pourrait augmenter ses investissements en Iran, notamment dans le secteur des hydrocarbures © Fournis par AFP La Chine pourrait augmenter ses investissements en Iran, notamment dans le secteur des hydrocarbures

La Chine, assoiffée d'hydrocarbures et premier partenaire commercial de Téhéran, pourrait ignorer les sanctions américaines et muscler ses investissements en Iran, au risque d'un coûteux bras de fer avec Washington.

Pour Pékin, l'accord nucléaire iranien de 2015, dont le géant asiatique est signataire et dont l'administration Trump s'est retirée avec fracas, s'accompagne d'intérêts économiques étroits.

Des entreprises chinoises étaient impliquées en juin 2017 dans au moins 33 milliards de dollars de projets d'infrastructures en Iran: une illustration de l'ambitieux programme économique des "Routes de la Soie" que déploie Pékin en Asie et au-delà.

L'Opep discutera d'éventuelles pénuries de pétrole

  L'Opep discutera d'éventuelles pénuries de pétrole Le ministre irakien du Pétrole, Djabar al Louaïbi, a déclaré mercredi que l'Opep discuterait d'une éventuelle pénurie d'offre mondiale de pétrole dû au retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien. "A la fin du mois, il y aura une réunion de l'Opep et ces sujets seront sur la table des négociations", a-t-il dit en réponse à un journaliste qui lui demandait si l'Irak comblerait le déficit d'offre attendu à la suite du rétablissement des sanctions sur les ventes de pétrole iranien.

Face To Face . The Debate. Iran. La Chine et l'Inde, qui comptent parmi les principaux clients du pétrole iranien , ne se montrent pas enclins à réduire leurs Le retrait des USA déstabilise la région. "C'est une situation qui devient très dangereuse", estime le ministre français des Affaires étrangères.

Make america great again! Un retrait américain serait une déflagration, 18 mois seulement après la conclusion de l'accord, alors que les Etats-Unis font partie avec la Chine des deux principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

Le régime communiste a accordé en septembre des lignes de crédit pour 10 milliards de dollars à cinq banques iraniennes pour des chantiers d'infrastructures. En mars, les deux pays s'entendaient pour une liaison ferroviaire désenclavant le port de Bouchehr.

Certes, le rétablissement par les Etats-Unis des sanctions contre Téhéran concerne toutes les entreprises ayant des activités en territoire américain ou opérant en dollars.

"Mais ces sanctions, en entraînant le retrait d'entreprises américaines, européennes ou japonaises, peuvent aussi élargir les opportunités des firmes chinoises", indique à l'AFP l'économiste d'une université pékinoise, Hu Xingdou.

Surtout, la manne d'hydrocarbures s'avère irrésistible pour le premier pays importateur de brut: l'Iran est le 5e fournisseur de pétrole de la Chine, où il exporte plus d'un quart de sa production.

Le pétrole termine en légère hausse à New York

  Le pétrole termine en légère hausse à New York Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse jeudi sur le Nymex, même si les traders ont pris leurs bénéfices à la suite d'une montée des cours motivée par les craintes de perturbations des flux pétroliers iraniens face aux menaces de sanctions américaines. Après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien annoncé mardi par Donald Trump, les pays européens cherchent à sauver l'accord international de juillet 2015. Mais pour les Gardiens de la révolution iranienne, l'Europe n'a pas le pouvoir de sauver cet accord.

Ce service gratuit de Google traduit instantanément des mots, des expressions et des pages Web du français vers plus de 100 autres langues.

Préouverture USA . Amériques. Plus haut 52 semaines. Bourse au Quotidien - MNUCHIN en CHINE mais ça s’envenime … par Bate Felix PARIS (Reuters) - Le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement de leurs sanctions contre l'Iran pourraient Gaz naturel.

Dopés par l'or noir, les échanges commerciaux sino-iraniens ont bondi de 20% en 2017, à 37 milliards de dollars.

- Recours au yuan -

Le géant énergétique chinois CNPC est également engagé avec le français Total dans un contrat de 4,8 milliards de dollars pour développer la phase 11 du vaste champ gazier iranien Pars Sud.

Or, Total a reconnu mercredi qu'à moins d'une dérogation américaine, il "ne pourra pas continuer ce projet". Le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh a aussitôt prévenu: si Total se retire, ses parts (50,1% du projet) seront allouées à CNPC.

"Vu les contentieux commerciaux et politiques sino-américains, la Chine sera réticente à se plier" aux sommations de Washington, a observé sur la chaîne CNBC Victor Shum, vice-président du cabinet IHS.

D'autant que le retrait d'acheteurs européens fera chuter le prix du brut iranien, le rendant plus attractif pour des importateurs asiatiques, ajoute-t-il.

L'Iran demande à la Chine de continuer à lui acheter son pétrole

  L'Iran demande à la Chine de continuer à lui acheter son pétrole Un haut responsable de la compagnie pétrolière nationale iranienne (NIOC) a rencontré lundi des responsables chinois pour leur demander de continuer à importer du brut iranien malgré les menaces de sanctions américaines, mais il n'a pas pu obtenir de garanties, a appris Reuters de trois sources proches du dossier. Selon ces sources, Saeed Khoshrou, directeur des affaires internationales à la NIOC, qui accompagnait le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif en visite à Pékin, a rencontré séparément dans la capitale chinoise de hauts dirigeants de la Sinopec et du négociant en pétrole Zhuhai Zhenrong Corp."Pendant la rencontre, M.

Iran: le marché pétrolier face à l'annonce américaine. parue le 11 mai 2018. Le président américain Donald Trump a annoncé le 8 mai le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien , faisant monter le cours du pétrole .

“Mais la situation reste fragile et les acteurs du marché du pétrole restent aux aguets de toute Donald Trump a annoncé, ce mardi 8 mai, le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien qu’il a qualifié de « désastreux ». La Chine en Algérie : le commerce en attendant les investisseurs.

L'Iran est le 5e fournisseur de pétrole de la Chine, où il exporte plus d'un quart de sa production © Fournis par AFP L'Iran est le 5e fournisseur de pétrole de la Chine, où il exporte plus d'un quart de sa production

Par ailleurs, Washington entend s'attaquer aux transactions en dollars, ce qu'un recours au yuan pourrait permettre de contourner.

"En 2012-2013, l'Iran a déjà ouvert des comptes dans les devises de certains pays achetant (son pétrole), devises qu'il utilisait pour importer des biens", relève Michael Cohen, analyste de Barclays.

"Si la Chine, l'Inde ou la Corée du Sud ne sanctionnent pas la banque centrale iranienne, il est peu probable qu'ils cessent leurs acquisitions", estime-t-il.

"Tant que (Téhéran) respecte ses obligations internationales, la Chine poursuivra une coopération concrète transparente", a confirmé Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise.

- Spectre du Venezuela -

Des contrats à terme pétroliers libellés en yuans ont justement été lancés en mars à Shanghai, avec l'ambition de concurrencer le Brent londonien et le WTI new-yorkais, baromètres en dollars du marché mondial.

Or, le volume d'échanges sur ces contrats shanghaïens a doublé au lendemain de la décision américaine sur l'Iran. Les échanges ont désormais quasi-triplé sur un mois.

L'UE veut rassurer Téhéran sur leurs relations commerciales

  L'UE veut rassurer Téhéran sur leurs relations commerciales Le commissaire européen à l'Energie va tenter samedi lors d'une visite à Téhéran de rassurer les principaux ministres iraniens sur la volonté de l'Union européenne de maintenir les échanges commerciaux avec l'Iran, malgré le retrait des Etats-Unis de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Miguel Arias Canete, qui va passer deux jours à Téhéran, rencontrera cinq ministres dont le chef du nucléaire de la République islamique, le ministre du Pétrole et celui des Affaires étrangères.

Pourquoi Trump annonce le retrait « très rapide » des troupes US de Syrie ? L’armée syrienne, secondée par la Russie, ciblera les régions où se sont installées les forces américaines, comme l’est de l’Euphrate ainsi que les régions riches en pétrole et en gaz , d’autant plus que certains groupes

Tokyo - La Chine , le Japon et la Corée du Sud ont appelé mercredi à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne et soutenu la déclaration commune émise par les deux Corées lors de leur sommet historique du 27 Trump annonce le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien .

Pékin, soucieux "d'internationaliser sa devise", pourrait imposer le yuan à Téhéran, soulignent les analystes de BMI Research.

Mais l'impact sera modéré, avertissent-ils: "Les échanges sino-iraniens ne représentent qu'une fraction du marché pétrolier mondial, et ne seront pas immunisés face aux sanctions".

"Les hydrocarbures iraniens ne sont pas irremplaçables: la Chine peut importer davantage de Russie (via un nouvel oléoduc récemment inauguré, NDLR) et d'Arabie saoudite", insiste Hu Xingdou.

Surtout, les entreprises chinoises "demeureront très prudentes pour ne pas compromettre leurs activités aux Etats-Unis ou en Occident", ajoute-t-il, notant que CNPC possède diverses coopérations avec des partenaires américains.

Selon lui, les milieux d'affaires sont traumatisés par le cas ZTE -- géant chinois des télécoms dont la survie est menacée par une sanction de Washington après qu'il ait violé un embargo américain sur l'Iran.

Enfin, l'incertitude politique à Téhéran peut être dissuasive.

"Il est possible que le régime iranien change à tout moment, faisant partir en fumée les investissements chinois", indique M. Hu. "La Chine doit tirer les leçons du passé: elle avait investi massivement en Libye et au Venezuela, et y a perdu énormément".

LEAD 1-L'Iran veut un plan économique pour la fin mai-responsable .
L'Iran veut que les puissances européennes lui présentent un plan économique d'ici la fin du mois pour compenser le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire, a annoncé vendredi un responsable iranien. "Nous nous attendons à ce que le plan nous soit remis d'ici la fin du mois de mai", a déclaré le responsable avant des négociations à Vienne prévues ce vendredi avec les grandes puissances.Les mesures attendues par l'Iran doivent permettre un maintien des exportations iraniennes de pétrole, a expliqué le responsable.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!