Sport Dopage: premières fissures à l'AMA sur les sanctions contre la Russie

19:25  17 mai  2018
19:25  17 mai  2018 Source:   msn.com

Dopage: Antidoping Norway prône de remplacer le TAS par une instance judiciaire classique

  Dopage: Antidoping Norway prône de remplacer le TAS par une instance judiciaire classique L'organisme norvégien de lutte contre le dopage Antidoping Norway prône de remplacer le Tribunal arbitral du sport (TAS) par une instance judiciaire classique plus apte à combattre des dérives s'apparentant à celles des milieux criminels, a déclaré son chef mardi. Dans une contribution envoyée à l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui veut refondre le code mondial antidopage, Antidoping Norway s'est prononcé pour la mise en place d'une sorte de Cour suprême appelée à trancher les affaires de dopage en dernière instance en s'inspirant de la justice civile, en lieu et place des mécanismes d'arbitrage du TAS.

Envoyer par email. Dopage : premières fissures à l ' AMA sur les sanctions contre la Russie © AFP/Archives / JUNG Yeon-Je. L'Agence mondiale antidopage (AMA) ne parle plus d'une seule voix sur la Russie : les premières fissures sont apparues entre des membres du mouvement olympique

L'Agence mondiale antidopage ( AMA ) ne parle plus d'une seule voix sur la Russie : les premières fissures sont apparues entre des membres du mouvement olympique, qui s'interrogent sur le maintien des sanctions , et des gouvernements qui restent sur une position plus ferme.

Logo de l'Agence mondiale antidopage au siège de l'organisation à Montréal, le 20 septembre 2016 © Fournis par AFP Logo de l'Agence mondiale antidopage au siège de l'organisation à Montréal, le 20 septembre 2016

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a montré ses premières fissures jeudi sur la Russie, lors d'un conseil de fondation à Montreal, avec un net désaccord entre les représentants du mouvement olympique, qui s'interrogent sur le maintien des sanctions, et les Etats qui veulent rester fermes.

Mercredi, lors d'un comité exécutif à huis clos, l'AMA a maintenu la suspension de l'agence nationale antidopage Rusada. Ce statut de "non conformité" au code mondial antidopage avait été décidé en novembre 2015, lors des premières révélations sur un dopage étendu dans l'athlétisme.

Dopage: la Russie a transmis des "preuves" à l'AMA démentant Rodtchenkov

  Dopage: la Russie a transmis des La Russie a indiqué vendredi avoir transmis à l'Agence mondiale antidopage (AMA) des "preuves" démentant, selon ses services d'enquête, certaines accusations de Grigori Rodtchenkov, le lanceur d'alerte à l'origine du scandale de dopage d'Etat.Le Comité d'enquête, service chargé des principales affaires en Russie et dépendant directement du Kremlin, a affirmé vendredi dans un communiqué avoir "réuni des preuves objectives démentant les dépositions mensongères de Rodtchenkov concernant la livraison des tests antidopage au laboratoire de Sotchi", ville hôte des Jeux olympiques d'hiver 2014.

Coup d'oeil sur cet article. MONTRÉAL | L’Agence mondiale antidopage ( AMA ) ne parle plus d’une seule voix sur la Russie : les premières fissures sont apparues entre des membres du mouvement olympique, qui s’interrogent sur le maintien des sanctions

A partir de novembre 2017, les sanctions de disqualification pour dopage et participation "au schéma La lanceuse d'alerte Yuliya Stepanova a informé l ' AMA sur le système de dopage russe. La Russie s'est classée au premier rang dans le monde pour les ADRV en 2013, 2014 et 2015[163].

Aux yeux de l'AMA, deux conditions ne sont toujours pas remplies: l'accès pour ses enquêteurs au laboratoire antidopage de Moscou et une reconnaissance claire par les autorités russes des conclusions du rapport McLaren sur l'existence d'un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015, avec la complicité, entre autres, du ministère des Sports et des services secrets FSB. Des responsables russes ont déjà concédé que leur système de dopage avait échoué, mais Moscou n'a jamais reconnu un système institutionnel.

"Les discussions ont été tendues, car le mouvement sportif pousse pour une levée des sanctions", a indiqué à l'AFP l'un des participants sous couvert d'anonymat.

"Nous avons des inquiétudes. (...) Ce que nous avons entendu hier" dans les interventions du mouvement olympique, "nous a donné l'impression qu'on voulait changer les règles du jeu", a lancé, lors du conseil de fondation, Amira El Fadil, qui représente l'Union africaine (UA).

Mondial 2018: visa refusé pour le journaliste à l'origine du scandale sur le dopage russe

  Mondial 2018: visa refusé pour le journaliste à l'origine du scandale sur le dopage russe Le journaliste allemand Hajo Seppelt, à l'origine des révélations sur un vaste scandale de dopage en Russie, s'est vu refuser l'entrée dans le pays à l'occasion de la Coupe du monde de football, a-t-il indiqué jeudi au SID, filiale sportive de l'AFP."Manifestement, la découverte du système de dopage d'Etat a une telle portée que la Russie pense devoir prendre de telles mesures. Cela parle pour soi", a-t-il indiqué au SID.

Cette seconde enquête a été ouverte à cause de la coopération active de Rodtchenkov avec l ' AMA en tant qu'informateur, à qui Il a également rapporté à l 'Agence qu'en Russie existerait «un système organisé de soutien au dopage ». Cette déposition a entraîné des sanctions contre le sport russe.

Dopage : premières fissures à l ' AMA sur les sanctions contre la Russie . Les enquêtes sur les footballeurs russes soupçonnés de dopage , en lien avec le rapport McLaren, ont pris fin lundi. Il n'y a pas eu de violation des règles selon la Fifa.

"Oui nous avons des questions", a répondu le secrétaire général de la Fédération internationale de basket-ball (FIBA), Patrick Baumann, l'un des représentants du mouvement olympique.

"Nous ne remettons pas en question la feuille de route" imposée à la Russie, "nous demandons juste pour combien de temps nous voulons la suivre, pour les 10 prochaines années, pour 20 ans, 30 ans ?", a-t-il demandé.

"Est-ce que nous demandons au chef de l'Etat de venir s'excuser devant le conseil de fondation ? (...) Nous ne pensons pas que ce soit approprié", a poursuivi Patrick Baumann. Au sein de l'AMA, c'est le comité de révision de la conformité (CRC) au code mondial antidopage qui peut proposer des sanctions ou leur levée au comité exécutif. Le directeur général de l'AMA, Olivier Niggli, a expliqué qu'une nouvelle lettre des autorités russes devait être étudiée par ce comité de révision.

Le cas de la Fédération internationale de boxe (AIBA) a aussi été au centre de vifs débats lors du comité exécutif et devait encore être abordé par le conseil de fondation.

Dopage : les footballeurs russes innocentés .
La Fifa n'a trouvé "aucun élément" permettant d'établir "une violation des règles antidopage" chez les joueurs russes susceptibles de participer au Mondial-2018 en Russie, a annoncé l'instance mardi 22 mai.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!