Sport Dopage : des responsables russes reconnaissent l'existence d'une "conspiration"

11:35  12 janvier  2017
11:35  12 janvier  2017 Source:   France 24

Italie : licencié pour avoir nié l'existence du père Noël devant des enfants

  Italie : licencié pour avoir nié l'existence du père Noël devant des enfants Le chef d'orchestre d'un spectacle pour enfants, critiqué par des parents pour avoir affirmé que le père Noël n'existait pas, a été remercié.

"C'était une conspiration institutionnelle", a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe antidopage. Des responsables russes chargés de la lutte antidopage[ ].

Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont reconnu l ' existence d ' un système de dopage à grande échelle dans leur pays, écrit mardi 27 décembre le New York Times. "C'était une conspiration institutionnelle", a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe antidopage. Néanmoins, Anna Antseliovich et d'autres responsables interrogés par le journal ont rejeté la thèse d ' un système de dopage instauré par l'Etat russe , assurant au New York Times que les dirigeants russes n'étaient pas impliqués.

Kirill Kudryavtsev, AFP © Kirill Kudryavtsev, AFP Kirill Kudryavtsev, AFP
Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont pour la première fois reconnu l'existence d'une campagne organisée de dopage des sportifs dans leur pays, a révélé mardi le quotidien américain New York Times.

L'agence mondiale antidopage frappe une nouvelle fois. Des responsables russes chargés de la lutte contre ce fléau ont, pour la première fois, reconnu l'existence d'un système de dopage à grande échelle dans leur pays, a écrit mardi 27 décembre le New York Times. "C'était une conspiration institutionnelle", a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe antidopage (Rusada).

International - Les 35 diplomates russes expulsés par Obama ont quitté les Etats-Unis

  International - Les 35 diplomates russes expulsés par Obama ont quitté les Etats-Unis Un départ mémorable. Les 35 diplomates russes et leurs familles expulsés des Etats-Unis par décision du président sortant Barack Obama, accusés d'ingérence dans la présidentielle américaine, ont quitté dimanche par avion Washington. «L'avion a décollé, tout le monde est à bord», a annoncé l'ambassade de Russie dans la capitale américaine, citée par l'agence publique russe Ria Novosti. L'appareil, spécialement venu de Russie, transporte depuis dimanche matin à son bord 35 diplomates russes et leurs familles, au total 96 personnes, qui devaient rejoindre la Russie dans la nuit.

C'est une première. Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont reconnu l ' existence d ' un système de dopage à grande échelle dans leur pays, écrit mardi 27 décembre le New York Times.

Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont pour la première fois reconnu l ' existence d ' un système de dopage à grande échelle dans leur pays, a affirmé mardi le New York Times. "C'était une conspiration au niveau des institutions", a confié au quotidien américain Anna Antseliovitch, directrice générale de l'agence russe antidopage (Rusada). Néanmoins, Mme Antseliovitch et d'autres responsables interrogés par le journal ont rejeté la thèse d ' un système de dopage instauré par l'Etat russe

La déclaration est détonante. Depuis plusieurs mois, l’athlétisme russe est accusé d’avoir mis en place un vaste système de dopage. C’est en tous cas les conclusions rendues dans l'explosif rapport McLaren, commandé par l'Agence mondiale antidopage (AMA), au printemps. Mais jusqu’à présent, jamais aucun Russe n’avait reconnu les faits.

Vitali Smirnov, directeur de la nouvelle commission russe chargée de la lutte antidopage, a lui aussi fait son mea culpa. "De mon point de vue d’ancien ministre des Sports et président du Comité olympique, nous avons commis beaucoup d’erreurs", a-t-il déclaré. "Nous devons déterminer les raisons pour lesquelles de jeunes sportifs prennent des produits dopants, pourquoi ils acceptent de se doper".

Trump désavoue à nouveau ses futurs services de renseignement

  Trump désavoue à nouveau ses futurs services de renseignement Donald Trump a désavoué à nouveau mercredi les services américains de renseignement qui ont conclu à une interférence de la Russie dans la présidentielle, et apporté du crédit au site Wikileaks selon lequel Moscou n'est pas à l'origine des piratages informatiques dans la campagne électorale. Le fondateur du site Wikileaks "Julian Assange a dit +qu'un ado de 14 ans pouvait avoir piraté (John) Podesta+ - alors pourquoi le parti démocrate a-t-il été si négligent? (Assange) a aussi dit que les Russes ne lui avaient pas transmis les informations", a écrit mercredi matin dans un tweet le futur président des Etats-Unis.

Des responsables russes reconnaissent l ’ existence d ’ une conspiration du dopage . | Déc 28, 2016.

Des responsables russes chargés de la lutte contre ce fléau ont, pour la première fois, reconnu l ' existence d ' un système de dopage à grande échelle dans leur pays, a écrit mardi 27 décembre le New York Times. "C'était une conspiration institutionnelle", a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe antidopage (Rusada). La déclaration est détonante.

Plus de 1 000 athlètes concernés dans 30 sports

Pour rappel, le premier volet du rapport Mc Laren, divulgué en juillet, avait mis au jour une tricherie spécifique pour les JO-2014 d'hiver, organisés à Sotchi en Russie. Dans sa version finale, publié le 9 décembre, le rapport est encore plus accablant puisqu'il étend la fraude à l'ensemble des grandes compétitions qui ont eu lieu durant la période 2011-2015. Il a mis au jour une "manipulation systématique d'échantillons et d'ADN" aux JO 2012 et 2014, par exemple.

Le rapport pointe notamment la participation du ministère des Sports, de l'agence russe antidopage (Rusada) et du laboratoire antidopage de Moscou aux côtés du FSB (services secrets), dans la mise en place d'"une conspiration institutionnelle". Le tout au bénéfice de plus de 1 000 athlètes dans 30 sports.

Dans leurs confessions, Anna Antseliovich et Vitali Smirnov ont néanmoins rejeté la thèse d'un système de dopage instauré au plus haut sommet de l’État.

International - Chine : un officiel ouvre le feu sur un maire et un chef du PCC puis se suicide

  International - Chine : un officiel ouvre le feu sur un maire et un chef du PCC puis se suicide Un haut responsable d'une grande ville chinoise a ouvert le feu en pleine réunion de cadres gouvernementaux locaux, blessant le maire et le chef du Parti communiste, avant de se donner la mort, a rapporté la presse officielle. Les faits se sont déroulés mercredi lors d'une réunion qui se tenait dans le centre d'expositions de Panzhihua, une ville de 1,2 million d'habitants située dans le Sichuan (sud-ouest). Chen Zhongshu, le responsable du puissant bureau local des ressources minières, a «ouvert un feu continu sur ses camarades», a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Des responsables russes reconnaissent l ’ existence d ’ un système de dopage des sportifs. La directrice générale de l’Agence russe de lutte antidopage a admis qu’il y avait eu une « conspiration institutionnelle » pour doper plus de 1 000 athlètes. Néanmoins, Mme Antseliovich et d’autres responsables interrogés par le journal ont rejeté la thèse d ’ un système de dopage instauré par l’Etat russe , assurant au New York Times que les dirigeants russes n’étaient pas impliqués.

"C'était une conspiration institutionnelle", a confié au quotidien américain Anna Antseliovich, directrice générale de l'agence russe antidopage. Des responsables russes chargés de la lutte antidopage ont pour la première fois reconnu l ' existence d ' un système de dopage . Néanmoins, Mme Antseliovich et d'autres responsables interrogés par le journal ont rejeté la thèse d ' un système de dopage instauré par l'Etat russe , assurant au New York Times que les dirigeants russes n'étaient pas impliqués.

Le Kremlin nie toujours son implication

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a en effet nié, mercredi, toute implication du gouvernement dans cette affaire et a annoncé que les déclarations citées par le New York Times allaient être vérifiées. L’actuel ministre russe des Sports, Vitaly Mutko, avait, lui, déclaré au début du mois à l'agence TASS que les accusations de "conspiration institutionnelle" n'étaient pas étayées par des preuves.

Ces accusations ont constitué un nouveau coup dur pour le sport russe, qui tentait encore d'atténuer les dommages causés par l'exclusion de ses athlètes des compétitions internationales. En novembre 2015, le Conseil de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) avait déjà voté la suspension provisoire de la fédération russe de toute compétition.

Les soupçons qui visent les Russes touchent de nombreux sports. L'affaire a secoué les Jeux olympiques de Rio de Janeiro (Brésil) cette année et continue de faire des vagues cet hiver : des épreuves de biathlon, de patinage et de ski de fond prévues en Russie ont été annulées.

Avec AFP et Reuters

Émissions polluantes: Fiat Chrysler risque jusqu'à 4,6 milliards de dollars d'amende .
Fiat Chrysler aura réellement connu un jeudi noir. L'action du groupe italo-américain a chuté hier de plus de 18% à la Bourse de Milan, et de plus de 10% à Wall Street à la clôture. En cause: les accusations de l'agence environnementale américaine, l'EPA, selon laquelle Fiat Chrysler aurait violé les lois américaines en matière de pollution de l'air en cachant l'existence d'in logiciel sur 104.000 de ses véhicules qui amenait les automobiles à rejeter des niveaux excessives d'oxyde d'azote. La présence en tant que telle de ce logiciel n'est pas à proprement parler illégale.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!