Sport Biševac : « J'aime tout en France »

08:35  14 novembre  2017
08:35  14 novembre  2017 Source:   Sofoot

Prenez une seconde pour faire la connaissance de ce weirdo de chat qui aime lécher les stores en plastique

  Prenez une seconde pour faire la connaissance de ce weirdo de chat qui aime lécher les stores en plastique Prenez une seconde pour faire la connaissance de ce weirdo de chat qui aime lécher les stores en plastiqueLe chat de l’utilisateur Ragekolb sur YouTube a toujours aimé lécher les baguettes en plastique des stores en se plaçant entre eux la fenêtre. D’après son maître, il semble d’ailleurs aimer lécher tous types de plastique. Il l’a donc filmé en train de s’adonner à sa passion.

Metz - Lille Pronostic en direct LIVE GRATUIT!. C'est Metz qui recoit Lille pour ce match de Ligue 1 du Dimanche 05 Novembre 2017. 6.7 Jonathan Rivierez Jonathan Rivierez N° : 28 .28. 6.8 Moussa Niakhate Moussa Niakhate N° : 21 .21. 6.4 Milan Biševac Milan Biševac N° : 6 .6.

Metz - Toulouse Pronostic en direct LIVE GRATUIT!. C'est Metz qui recoit Toulouse pour ce match de Ligue 1 du Dimanche 14 Mai 2017. Ismaila Sarr Ismaila Sarr. 66'. Milan Biševac Milan Biševac .

  Biševac : « J'aime tout en France » © Fournis par Newsweb

Embourbé tout au fond du classement, le FC Metz peut compter sur son capitaine. Entre la passion démesurée de l'Étoile rouge de Belgrade, les batailles pour le maintien à Lens et Valenciennes et les grosses attentes du PSG nouveau riche, Milan Biševac en a accumulé de l'expérience. Et il a toujours autant la hargne.

Cela fait maintenant dix ans que tu es en France, qu’est-ce qui te plaît tant dans ce pays ?

C’est vraiment ma deuxième maison. Ma femme a accouché pour la première fois en Serbie, mais quelques mois plus tard, on emménageait en France. Mes enfants ont donc grandi ici, ils sont allés à l’école en France, ils parlent beaucoup mieux français que moi, avec un accent français et tout (Rires.) Je suis vraiment fier de ça. Tout me plaît ici, c’est un pays agréable à vivre. Je dois beaucoup à ce pays, j’aime tout en France : la nourriture, la culture ... (Rires.) Ma famille et moi, on pense vraiment rester vivre en France après ma carrière.

Les internautes sont en moyenne inscrits sur plus de 7 réseaux sociaux

  Les internautes sont en moyenne inscrits sur plus de 7 réseaux sociaux Connecté pendant plus de 2 heures chaque jour à plus de 7 réseaux et messagerie différents, les internautes n'ont jamais été aussi accros aux réseaux sociaux, selon l'étude "GWI Social" du cabinet d'analyse GlobalWebIndex. Il ressort de cette étude que 98% des internautes interrogés utilisent au moins un réseau social, quel que soit leur âge. Il ressort de cette étude que 98% des internautes interrogés utilisent au moins un réseau social, quel que soit leur âge. En moyenne, ils ont 7,6 comptes actifs et, sans surprise, les jeunes de 16 à 34 ans en totalisent un peu plus (8,7 en moyenne) que les plus de 55 ans (4,6), malgré tout très actifs sur les réseaux sociaux.

Vous avez excédé votre quota de pages vues en tant que visiteur simple pour la journée. Merci de Milan Biševac » (.

Bordeaux - Metz Pronostic en direct LIVE GRATUIT!. C'est Bordeaux qui recoit Metz pour ce match de Ligue 1 du Samedi 12 Août 2017. Benoît Assou-Ekotto Benoît Assou-Ekotto. 46'. Milan Biševac Milan Biševac .

Tu as fait un bref passage d’un an en Italie à la Lazio avant de rapidement revenir. Qu’y a-t-il de différent là-bas ?

J’ai fait une erreur de partir en Italie et de quitter la France. Je me suis rendu compte comme ça que c’était un pays qui a tout et qui me convient parfaitement. Après quatre mois en Italie, je voulais absolument quitter le pays et revenir en France. C’était une mentalité qui ne me convenait pas, je n’ai pas aimé. La culture de vie en France est parfaite, il y a du respect, du vivre ensemble. Des choses toutes simples : « bonjour, merci, au revoir ». En Italie, je n’ai pas retrouvé ça.

Tu étais censé arriver à Lens à l’été 2006, et finalement tu as attendu le mois de janvier suivant pour débarquer. Pourquoi ?

J’ai signé un contrat l’été, mais j’ai demandé à rester encore six mois à l’Étoile rouge, car ma femme était enceinte pour la première fois, et je voulais rester auprès d’elle au pays pour la soutenir. Ils ont accepté et j’en suis très heureux car ils me voulaient tout de suite. On a trouvé un accord et je les remercie pour ça. Après, j’avais été clair, je leur avais bien dit : « c’est ça ou je ne signe pas » (Rires.) Après, ça a été un peu compliqué pour moi au début car ça m’a pénalisé au niveau de la préparation.

Grégory Fitoussi dans Beowulf : "Mon personnage ressemble à un Jedi"

  Grégory Fitoussi dans Beowulf : La série «Beowulf : Retour dans les Shieldlands» arrive samedi sur Syfy. On y retrouvera à la fin de saison Grégory Fitoussi dans un rôle inattendu. Le Français qui a le vent en poupe Outre-Manche en a discuté avec Paris Match. Paris Match. Pouvez-vous décrire votre personnage de Razzzac?Grégory Fitoussi. C'est un «skinshifter», il est capable de changer de visage. C'est une créature de plus de 600 ans qui peut se transformer à volonté. C'est une sorte de prophète qui va diriger les différentes créatures qui peuplent l'univers de «Beowulf : Retour dans les Shieldlands» dans leur guerre contre les êtres humains.

Le sport en direct sur L'ÉQUIPE. Les informations, résultats et classements de tous les sports. Directs commentés, images et vidéos à regarder et à partager !

Frédéric Hantz, le nouveau coach de Metz, a convoqué 18 joueurs pour… Lire l’article complet.

Ton coéquipier à l’Étoile rouge, Nenad Kovačević, a quant à lui signé dès l’été. Il t’a servi d’éclaireur ?

Avec l’Étoile rouge, on avait fait un match contre l'AC Milan en Ligue des champions. Il y avait beaucoup de recruteurs étrangers qui étaient présents. Ce genre de match est important pour les jeunes joueurs serbes si on veut trouver un contrat ailleurs. Même si c’était un rêve de jouer dans le club de mon enfance, et même si l’Étoile rouge restera mon club toute ma vie, tu ne peux rester tranquille financièrement après le foot en faisant ta carrière entièrement là-bas.

"Même si l’Étoile rouge restera mon club toute ma vie, tu ne peux rester tranquille financièrement après le foot en faisant ta carrière entièrement là-bas."
Bref, on a fait un très bon match, et mon agent s’est mis d’accord presque dans la foulée avec Lens. Pareil pour lui. Sauf qu’il a signé tout de suite. Pendant les six mois supplémentaires où je suis resté à Belgrade, on s’est souvent appelé. Il ne m’a dit que des bonnes choses à propos du club et du championnat de France. Après, ça m’a beaucoup aidé en arrivant d’avoir quelqu’un que je connaissais sur place, qui avait déjà beaucoup joué, qui avait déjà appris la langue. Ça a facilité mon intégration. Surtout qu’en arrivant à Lens, je comprenais un peu le français, mais j’étais incapable de parler.   Biševac : « J'aime tout en France » © Fournis par Newsweb

La saison d’après, Lens est relégué avec une très belle équipe sur le papier (Runje, Hilton, Belhadj, Carrière, Monterrubio, Maoulida, Rémy, Monnet-Paquet, Dindane...). Avec le recul, qu’est-ce n’a pas fonctionné ?

Louane rend un bel hommage à son père

  Louane rend un bel hommage à son père D'habitude si discrète sur la mort de ses parents, Louane multiplie les hommages. Et cette fois-ci, c'est en chanson qu'elle parle de son père.

Le sport en direct sur L'ÉQUIPE. Les informations, résultats et classements de tous les sports. Directs commentés, images et vidéos à regarder et à partager !

Le sport en direct sur L'ÉQUIPE. Les informations, résultats et classements de tous les sports. Directs commentés, images et vidéos à regarder et à partager !

Franchement, même aujourd’hui, je me demande comment on peut descendre. Il y avait des grands joueurs, c’est un très grand club, bien organisé avec un centre d’entraînement magnifique. Après, il y avait eu beaucoup de changements dans l’équipe. On a beaucoup changé d’organisation entre les différents coachs (Guy Roux et Jean-Pierre Papin). Il y a une période en janvier où on a enchaîné trois ou quatre victoires comme contre Lyon (3-0), on a sorti la tête de l’eau, mais ça n’a pas suffi. C’est triste aujourd’hui d’avoir ce club en Ligue 2, il mérite vraiment l’élite.

Ensuite, tu as rencontré Antoine Kombouaré à Valenciennes, un homme qui a compté dans ta carrière. Qu’est-ce qu’il représente pour toi aujourd’hui ?

Je ne trouve pas les mots pour le remercier. C’était une sorte deuxième père pour moi. C’est un vrai compétiteur, il est très proche des joueurs. C’est lui qui m’a fait venir à Valenciennes. Franchement, quand j’étais à Lens, je ne connaissais pas trop Valenciennes, la structure était vraiment différente, et j’hésitais beaucoup. Mais il a tout fait pour que je vienne, il a vraiment su me donner la confiance. C’est lui qui a vraiment lancé ma carrière, c’est lui qui m’a permis de me faire connaître. Je lui dois beaucoup. J’ai connu énormément d’entraîneurs, mais je n’ai jamais développé une telle relation. On est encore en contact, ça me fait toujours plaisir de le revoir.

Eddy Mitchell se veut rassurant quant à l’état de santé de Johnny Hallyday : “Tout va bien”

  Eddy Mitchell se veut rassurant quant à l’état de santé de Johnny Hallyday : “Tout va bien” Les deux chanteurs sont très proches depuis plusieurs annéesEn mars dernier, les fans de Johnny Hallyday apprenaient avec tristesse l'annonce de son cancer du poumon. Une situation délicate et un état de santé préoccupant qui ont suscité l'angoisse dans sa communauté. Depuis, de nombreuses rumeurs circulent à son sujet. Hospitalisation, résultats inquiétants, opérations… Il n'y a pas un jour sans qu'une nouvelle information vienne inquiéter les fans. Lassée des rumeurs, sa famille a souhaité briser le silence.

Mr_OM Posté le 19 février 2012 à 14:46:49 Debuchy > Azpi > Rvr = Bisevac . J 'ai beau cherché, je vois toujours pas comment on peut affirmer Azpi > Reveillere. Encore entre Debuchy et Reveillere y'a match, mais Azpi c'est du niveau de Bisevac , Danzé, Mariano, etc..

Le sport en direct sur L'ÉQUIPE. Les informations, résultats et classements de tous les sports. Directs commentés, images et vidéos à regarder et à partager !

En 2011, tu décides de rejoindre Antoine Kombouaré à Paris. Pourquoi ?

Il est parti à Paris en 2009, et moi je suis resté un an de plus à Valenciennes.

"J’aurais pu suivre Antoine Kombouaré un an avant, mais le président Francis Decourrière ne voulait pas me laisser partir. Il ne trouvait personne pour me remplacer et disait avoir besoin de moi."
J’avais des clubs étrangers qui m’avaient contacté pour signer, mais quand Antoine m’a appelé pour le rejoindre au Paris Saint-Germain, je n’ai pas hésité. J’aurais pu suivre Antoine Kombouaré un an avant, mais le président Francis Decourrière ne voulait pas me laisser partir. Il ne trouvait personne pour me remplacer et disait avoir besoin de moi. C’était un peu difficile de laisser passer le PSG et rester un an de plus là-bas, mais j’ai dit : « Ok, je reste. Je vais tout donner pour Valenciennes ». J’avais passé de très belles années là-bas, le club m’avait permis de grandir, de me faire connaître en Ligue 1, j’étais redevable. Mais de toute manière, ça s’est fait la saison d’après.

Au moment où tu signes à Paris, le club vient tout juste d’être repris par les Qataris. Tu as conscience à ce moment-là de ce que le club ambitionne de devenir ?

On a compris tout de suite qu’ils avaient le projet de faire quelque chose d’énorme. Ce n’était pas la même équipe que maintenant bien sûr, mais il y avait déjà eu beaucoup de changements dans l’effectif, avec des joueurs d’une autre trempe qui arrivaient. Mais on a surtout compris la dimension que le club voulait prendre à l’arrivée du nouveau coach, Carlo Ancelotti. Après, ça s’est enchaîné, c’est Ibrahimović qui est arrivé. On a compris que les places seraient très chères. Mais de manière générale, être au Paris Saint-Germain, c’est énorme. C’était super de s’amuser, de bien jouer, et d’être à la base d’un nouveau projet si ambitieux.

Photos : Naomi Campbell et P. Diddy main dans la main à New York !

  Photos : Naomi Campbell et P. Diddy main dans la main à New York ! Deux grosses vedettes réunies ce vendredi soir à New York à l'occasion de la présentation du calendrier Pirelli 2018. L'une a mis le monde de la mode à ses pieds, l'autre a marqué à jamais l'industrie musicale et notamment l'univers hip-hop. Naomi Campbell, 47 ans, et P. Diddy, 48 ans, ont débarqué main dans la main sur le red carpet. Et ils ont mis tout le monde d'accord. Le rappeur dégainait son plus beau smoking quand Naomi , elle, Deux grosses vedettes réunies ce vendredi soir à New York à l'occasion de la présentation du calendrier Pirelli 2018. L'une a mis le monde de la mode à ses pieds, l'autre a marqué à jamais l'industrie musicale et notamment l'univers hip-hop. Naomi Campbell, 47 ans, et P.

Un jeu de management gratuit basé sur les résultats réels France 1. Deviens France 1 manager avec ce jeu de management en ligne !

Suite à une escapade ratée de l’autre côté des Alpes, Milan Bisevac souhaite revenir en Ligue 1 au cours de ce mercato estival. À Metz ou à l’Olympique Lyonnais. À 32 ans et seulement sept mois après avoir posé ses valises en Série A à la Lazio Rome, Milan Bisevac est déjà à la recherche d’un

  Biševac : « J'aime tout en France » © Fournis par Newsweb

Tu étais proche d’Antoine Kombouaré et tu as vécu son départ à la mi-saison alors que vous étiez premiers. Tu avais compris ce choix ?

Avant le dernier match contre Saint-Étienne en décembre (victoire 1-0 à la 19e journée, ndlr), on le sentait déjà. On a senti une atmosphère qui laissait présager un grand changement imminent. Il a tout géré parfaitement et a tout pris sur ses épaules. C’est un homme solide mentalement, il n’a rien lâché, il a prouvé qu’il a mérité d’être le coach du PSG. Il a terminé sa mission avec la tête haute. Puis Carlo Ancelotti est arrivé, ce n’est pas nous qui l’avons décidé, mais c’était important pour accélérer le projet.

Tu étais considéré comme « un joueur de Kombouaré », mais la transition a finalement été facile pour toi avec Ancelotti.

Ancelotti, c’est la classe, c’est un coach qui a tout gagné. C’est vrai que quand il a remplacé Kombouaré, pas mal de gens pensaient que ça allait être compliqué pour moi. Mais ça n’a pas été comme ça, il m’a fait confiance et je suis très fier de ça. J’ai joué presque tous les matchs. Il montrait à tout le monde que j’avais les qualités pour jouer au PSG. Les gens qui étaient sceptiques à mon propos, il leur a fait fermé leur bouche tout de suite. Je suis très fier de mon passage au PSG.

Tu aurais aimé rester plus d’une saison dans l’idéal ?

C’est comme ça, dans le foot, on ne sait jamais trop ce qui peut se passer. Mais quand le club commence à acheter des joueurs 40 ou 50 millions, on se pose des questions. C’est dommage qu’on ait fini deuxième, on avait l’équipe pour être premier, Montpellier a fait une super saison. J’aurais aimé remporter le titre avec Paris. Ensuite, Lyon m’a appelé, et j’ai pensé que ce serait mieux pour moi d’y aller.

Emery viré avant janvier ?

  Emery viré avant janvier ? Le PSG a beau être à son avantage depuis le début de saison, Antero Henrique songerait à se séparer d’Unai Emery d’ici la fin de l’année. © Fournis par Sports.fr Unai Emery est dans le doute, et il aime ça. (Reuters) L’avenir d’Unai Emery à la tête du PSG n’a pas fini de faire parler. Malgré le début de saison canon des Parisiens, il semble en effet désormais acquis que le technicien espagnol, en fin de contrat en juin, ne sera plus sur le banc du club de la capitale la saison prochaine.

Ce n'est pas Aulas qui propose 3M + RVR, c'est le PSG qui veut bien céder Bisevac en échange de RVR + argent http://maxifoot.fr/football/article-16330.htm - Topic rectification pour le dossier Bisevac du 08-08-2012 17:05:07 sur les forums de jeuxvideo.com.

Milan Biševac signant un autographe en 2011. Le 24 août 2016, alors que déjà deux journées de championnat ont été disputées, Biševac revient en France et signe pour deux ans chez le promu du FC Metz[11].

Quand tu arrives à l’OL justement, en défense centrale, il y a Dejan Lovren. Rapidement, beaucoup de monde voit un symbole dans cette association entre un Serbe et un Croate. Vous aviez conscience de ça ?

Quand j’ai accepté ce contrat avec Lyon, Dejan Lovren m’a appelé, on a discuté. À aucun moment je me suis demandé comment ça allait se passer entre nous sachant que j’étais Serbe et lui Croate. On s’entend vraiment bien. C’est un super mec. La politique, tout ça, j’en ai rien à foutre. Je regarde la personne, l’homme.

  Biševac : « J'aime tout en France » © Fournis par Newsweb

Tu gardes quels souvenirs de tes quatre ans passés à l’OL ?

C’est une ville magnifique et un grand club, avec un très grand président. C’était un immense plaisir de pouvoir jouer là-bas. Il y a eu des hauts et des bas, avec les blessures notamment, mais je préfère retenir les bons moments. Je garde une très belle image de ce moment de ma carrière.

Quand tu es arrivé au PSG, tu déclares : « Moi, j’ai connu l’Étoile rouge Belgrade. Je n’ai pas peur de la pression ». Quel genre de coup de pression tu as subi à Belgrade ?

Là-bas, c’est quelque chose (Rires.) Tu n’as pas le droit de perdre des matchs, tout simplement. Si tu perds deux matchs d’affilée, ça devient grave. La pression est constante. Mais c’est encore plus palpable avant un derby contre le Partizan. Tu arrives à l’entraînement, tu vas dans les vestiaires, et il y a des supporters qui t’attendent. Vingt mecs qui font 120 kilos, tu les écoutes et c’est tout. Tu parles pas, tu baisses la tête et t’es bien motivé pour gagner le match (Rires.) C’est pour ça, je supporte vraiment bien la pression, et j’aime ça en fait. Ça m’aide à me concentrer et à être à 100 %.

On associe souvent le foot à la guerre, et toi, on te définit souvent comme un guerrier sur un terrain. Toi qui as connu la vraie guerre, ça ne t’énerve pas un peu ?

Quand on vit quelque chose comme nous les Serbes avons vécu, c’est ça la vraie guerre. Ce sont des bombes qui nous tombent sur la tête. On parlait de la pression, c’est aussi pour ça qu’on la supporte si bien, dans le foot par exemple.

"Des fois je me demande si vous avez conscience, vous en France, de la chance que vous avez de vivre dans un pays comme ça."
Ce n’est rien pour nous, on a traversé une période vraiment très compliquée. On a vu des images que l’on ne peut même pas imaginer, et ça reste imprimé dans ta tête toute ta vie. Aujourd’hui, on regarde la vie d’un œil différent. Je me dois d’être droit, je n’ai peur de rien et j’avance. C’est aussi pour ça que j’aime la France. Des fois je me demande si vous avez conscience, vous en France, de la chance que vous avez de vivre dans un pays comme ça. Même juste au niveau du foot. En Serbie, rien qu’au niveau des stades, c’est encore très compliqué. À part deux ou trois clubs, les terrains et l’organisation, ce n’est pas ça. C’est pour ça qu’en Serbie, beaucoup de gens voient le foot comme une manière de réussir dans la vie. C’est aussi pour ça que les supporters sont si exigeants, ils savent qu’on n’a pas le droit de gâcher notre chance, de lâcher.

Beowulf sur SyFy : "C’est une série originale, fantastique, d’aventures, avec des combats, des monstres…" .
Il y a eu la version techno-futuriste avec Christophe Lambert ( Beowulf ), la version réaliste avec Gerard Butler ( Beowulf, la légende viking ), la version performance-capture par Robert Zemeckis ( La Légende de Beowulf ), la version officieuse signée John McTiernan ( Le Treizième guerrier ) Beowulf débarque désormais sur petit écran avec la série Beowulf : retour dans les Shieldlands , dans laquelle James Dormer revisite le poème anglo-saxon et la célèbre légende. Au casting de la saison 1, diffusée à partir du 11 novembre sur SyFy France , un acteur français, Grégory Fitoussi (Engrenages, Mr. Selfridge), que nous avons croisé dans le cadre du Comic-Con Paris 2017. J’ai aimé l’idée d’en faire presque un Jedi. AlloCiné : Comment présenteriez-vous Beowulf aux spectateurs français ? Grégory Fitoussi : C’est une série originale, fantastique, d’aventures, avec des combats, des monstres… On n’est pas dans Game of Thrones. On n’est pas non plus dans Vikings. La légende de Beowulf, c’est l’histoire de ce guerrier qui débarque au milieu d’une guerre entre deux mondes, celui des créatures comme les Warigs ou les Géants et celui des humains. C’est vraiment chouette. Votre personnage, Razzak, qui intervient dans le dernier tiers de la saison, a 500 ans ! Que pouvez-vous nous dire de lui ? Ça laisse libre cours à l’imagination, un personnage qui a 500 ans. Encore plus avec cette force démesurée, qui fait qu’il a droit de vie et de mort sur n’importe qui et à n’importe quel moment.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!