Tech & Science Pourquoi socialisons-nous avec les robots?

11:30  17 avril  2017
11:30  17 avril  2017 Source:   Slate

Et si on punissait les robots autonomes quand ils commettent un crime?

  Et si on punissait les robots autonomes quand ils commettent un crime? Après la première mort causée par une voiture Tesla mise en autopilote, les questions philosophiques sur la responsabilité de ces machines autonomes deviennent encore plus pressantes. Qui est responsable lorsque l’un de ces robots évoluant sans contrôle humain commet un dégât, voire tue un homme? En effet, traditionnellement, l’on impute la faute aux concepteurs lorsque les machines dérapent et provoquent des bourdes:«Après tout, explique Vocativ, les chercheurs ont prouvé de manière approfondie que les systèmes d’intelligence artificielle héritent souvent des biais de leurs concepteurs, puisque les modèles statistiques et les types de donné

Bonjour, Kalligo.com, le magazine en ligne dédié aux assistant(e)s, est désormais fermé. Merci de votre fidélité pendant ces 7 années et à bientôt sur bruneau.fr. Natacha de Kalligo.

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies afin de nous permettre d'améliorer constamment votre expérience de visite.

Francois Hollande accueilli par un robot à l'usine de Platinium 3D à Charleville-Mezieres, le 19 janvier 2017 | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP © Slate Francois Hollande accueilli par un robot à l'usine de Platinium 3D à Charleville-Mezieres, le 19 janvier 2017 | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Les robots véhiculent des craintes de toute sorte. Ils risquent de nous voler notre travail, ainsi que le pensent certains experts. Ils pourraient être tentés, si jamais une intelligence venait à émerger parmi eux, de nous réduire en esclavage, voire d’anéantir l’humanité tout entière. Les robots sont certes d’étranges créatures, mais peut-être pas seulement pour les raisons que l’on invoque généralement. Nous avons en fait de bonnes raisons d’éprouver un peu d’inquiétude à propos de ces machines.

Dispositifs médicaux: la forte emprise des entreprises étrangères en France

  Dispositifs médicaux: la forte emprise des entreprises étrangères en France Un tiers des entreprises concevant des appareils médicaux présentes dans l'Hexagone sont sous pavillon étranger ; elles génèrent les deux tiers du chiffre d'affaires du secteur dans l'Hexagone. Une tendance renforcée par la dynamique de rachat d'entreprises françaises par des sociétés américaines, allemandes ou canadiennes.Cette croissance est particulièrement portée par des sociétés sous pavillon étranger basées en France, qui représentent 34% des entités. Elles génèrent deux tiers du chiffre d'affaires annuel, et concentrent 41.000 des 85.000 emplois hexagonaux.

La page recherchée a été déplacée, renommée ou supprimée. Veuillez nous en excuser.

Premier portail Internet de Madagascar. Actualités locales, régionales et internationales, contenus thématiques, culture, économie, femme, insolite, multimédia, musique, people, santé, sciences, sport, webmail, services pratiques, outils de communication.

Une publicité pour le robot Kuka: les robots peuvent-ils nous remplacer?

Imaginez que vous visitiez le musée du quai Branly–Jacques Chirac. Vous déambulez parmi les collections et votre curiosité vous guide vers un objet. Vous restez là un moment vous sentez qu’une présence familière s’avance vers l’objet qui a retenu votre attention. Vous vous déplacez doucement, et un sentiment étrange commence à vous saisir lorsqu’en tournant la tête, vous semblez distinguer, encore floue, une figure qui n’est pas celle d’un humain mais d’une créature inconnue.

L’inquiétude vous gagne. À mesure que votre tête se tourne, et que votre vue devient plus nette, ce sentiment se précise. Vous réalisez qu’il s’agit d’un robot humanoïde ; le robot Berenson, appelé ainsi en référence à l’historien de l’art Bernard Berenson, et qui a été conçu par le roboticien Philippe Gaussier (ETIS) et l’anthropologue Denis Vidal (IRD) dans le cadre de l’expérimentation qu’ils conduisent avec le soutien du musée depuis 2012. L’étrangeté laisse subitement place à l’effroi et vous reculez d’un pas.

Malgré un bénéfice de +45%, ABB, le géant de la tech industrielle, garde la tête froide

  Malgré un bénéfice de +45%, ABB, le géant de la tech industrielle, garde la tête froide Zéro triomphalisme et prudence de Sioux, telle est, après l'annonce d'un trimestre meilleur que prévu, la posture du géant helvético-suédois de l'ingénierie qui est un des plus grands conglomérats au monde, numéro un des moteurs industriels et numéro deux (pour l'instant) dans le secteur de la robotique derrière Siemens. La Bourse apprécie.Ce résultat, gonflé par la vente des activités dans les câbles à haute tension au danois NKT, est supérieur à la prévision moyenne des analystes interrogés par Reuters qui attendaient 489 millions de dollars.

La page recherchée a été déplacée, renommée ou supprimée. Veuillez nous en excuser.

Pourquoi sommes- nous si facilement portés à faire le mal ?

La vallée de l’étrange

Le sentiment que vous venez d’éprouver ne cesse d’être exploré en robotique depuis qu’un chercheur japonais, le professeur Masahiro Mori, en a fait la théorie dans les années 1970. Si un robot nous ressemble, dit-il, nous sommes prêts à considérer sa présence au même titre qu’une présence humaine. Mais au moment où il va nous révéler sa véritable nature, nous éprouverons un profond sentiment de malaise et entrerons dans ce qu’il nomme la vallée de l’étrange. Le robot alors apparaîtra à nos yeux au même titre qu’un zombie.   Pourquoi socialisons-nous avec les robots? © Fournis par Slate

La vallée de l’étrange, théorie élaborée par M. Mori. Passé un certain point nous commençons à considérer la machine comme un «monstre » ou un «zombie».

Si la théorie de Mori peine à être systématiquement vérifiée, les sentiments que nous éprouvons face à une machine autonome se mêlent autant d’incompréhension que de curiosité. L’expérience conduite au musée du quai Branly avec le robot Berenson montre par exemple comment sa présence génère des conduites paradoxales. Elle souligne la profonde ambiguïté qui caractérise la relation que l’on peut avoir avec lui.

Qui démissionne chez Uber aujourd'hui ? Un haut responsable du programme voiture autonome

  Qui démissionne chez Uber aujourd'hui ? Un haut responsable du programme voiture autonome Ce nouveau départ, après ceux de la directrice de la communication et de deux hauts cadres, témoigne de la gravité de l'hémorragie de hauts dirigeants à la tête du géant américain des services de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC).Spécialiste de la voiture autonome

Erreur. Opération finie. Soyez parmis nous !

Pourquoi socialisons - nous avec les robots ? Slate.fr. Leur place est telle dans nos sociétés qu'un droit est en train d'émerger pour eux, les robots .

Les robots posent en fait bien des problèmes de communication aux humains. Si l’on s’en méfie, c’est avant tout parce que l’on ne comprend pas bien si de telles machines ont des intentions, quelles sont-elles, et comment poser les bases d’une compréhension minimale indispensable à toute interaction. Ainsi, s’il est courant de voir des visiteurs du musée du quai Branly adopter un comportement social avec le robot, en lui parlant par exemple, ou en se mettant face à lui pour chercher à savoir de quelle manière il perçoit son environnement, c’est en quelque sorte pour tenter d’établir le contact avec lui. Il y a quelque chose de stratégique à considérer, même temporairement, le robot comme une personne. Toutefois ces comportements sociaux ne se donnent pas seulement à voir lorsqu’on essaie d’interagir avec une machine qui nous ressemble.

Interactions sociales

Une équipe interdisciplinaire s’est récemment constituée afin d’explorer les espaces ouverts lors de ces interactions, et principalement les moments où, dans notre esprit, l’on prête à l’autre des intentions et une intelligence. C’est ainsi qu’est né le projet PsyPhINe. Celui-ci, en s’appuyant sur des interactions entre des humains et une lampe robotisée, cherche à mieux comprendre les phénomènes de projections anthropomorphiques observables à chaque fois qu’humains et robots se rencontrent.

Céline Dion explique pourquoi elle dort chaque nuit avec ses jumeaux de 6 ans

  Céline Dion explique pourquoi elle dort chaque nuit avec ses jumeaux de 6 ans Depuis la mort de son mari René Angelil, le 14 janvier 2016, Céline Dion, qui n’a connu qu’un seul homme – lui – dans sa vie, a perdu la moitié d’elle-même. Un vide que la chanteuse a le plus grand mal à combler, d’autant que son époux est aussi le père de ses trois enfants, René-Charles, mais aussi ses jumeaux Eddy et Nelson évidemment très éprouvés par le décès de leur papa. Aussi, la chanteuse a-t-elle choisi, contrairement aux recommandations de nombre de pédiatres, de pratiquer chaque nuit le « co-dodo » avec ses petites têtes brunes de 6 ans. « Quand je prends mes enfants dans mes bras, c’est pour lui et avec lui », expliquait récemment la chanteuse québécoise. Céline Dion est allée plus loin dans une interview accordée au journal britannique Bizzarre. Expliquant les difficultés rencontrée au quotidien avec ses fils, elle y détaille : « Je m’organise pour ne pas me sentir seule. Je me suis acheté un grand, grand, grand lit et j’y dors avec mes jumeaux. Ils me réconfortent beaucoup. J’ai besoin d’eux, j’ai besoin de les avoir près de moi. Et au moment où ils me diront qu’ils veulent avoir leur propre chambre, leur chambre sera prête ». Pour ne pas que les petits garçons oublient leur père, Céline Dion a également créé un petit cérémonial quotidien. « On lui fait un bisou tous les soirs. Nous avons un petit rituel où nous souhai­tons bonne nuit à une petite photo de lui. Ensuite, les enfants lui parlent. Et ils lui écrivent des petits mots, les accrochent à des ballons et on les envoie dans le ciel ».

SITE FERMÉ comme nous l'a confirmé.

Ouuuuups !!! Nous sommes désolés :( Une erreur est survenue lors de votre navigation. Retourner à l'accueil Aller sur Mon Compte.

Passé l’effet d’étrangeté que suscite cette machine, il n’est ainsi pas rare d’observer des personnes qui s’engagent socialement avec elle. Au cours du jeu auquel ces personnes sont invitées à jouer avec la lampe, on peut ainsi les voir réagir à ses mouvements et parfois lui adresser la parole pour faire des commentaires sur ce qu’elle fait ou sur la situation elle-même.

La méfiance caractérise souvent les premiers instants de nos relations envers les machines. Au-delà de leur apparence, personne ne sait véritablement de quoi les robots sont faits, quelles sont leurs fonctions, ni quelles pourraient être leurs intentions. Le monde des robots semble bien loin du nôtre. Mais ce sentiment laisse généralement place à autant de tentatives de chercher à définir et à maintenir un cadre pour que la communication puisse s’établir. Nous nous appuyons pour cela sur nos habitudes de communication, lorsque par exemple nous communiquons avec notre animal domestique, ou avec toute existence dont le monde est à quelque degré différent du nôtre.

En définitive nous sommes peut-être aussi méfiants à l’égard de nos technologies que fascinés par l’espace des possibles qu’elles ouvrent.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Adidas se lance dans la chaussure imprimée en 3D .
La marque allemande veut se lancer dans la production industrielle de chaussures 3D à partir de l'automne prochain. Son projet, baptisé Futurecraft 3D, risque de bouleverser le marché des chaussures de sport en proposant des produits personnalisés à des prix plus accessibles.Eric Liedtke membre du directoire d'Adidas tient la nouvelle chaussure avec une semelle imprimée en 3D. Crédits : REUTERS/Joe Penney.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!