Tech & Science Présidentielle américaine : Google admet le financement de pubs par la Russie

22:50  10 octobre  2017
22:50  10 octobre  2017 Source:   msn.com

Google préparerait une solution de sécurité renforcée

  Google préparerait une solution de sécurité renforcée La grande majorité des clients de Google choisissent de ne pas activer l'authentification forte (à deux facteurs), et pourtant, la firme de Palo Alto plancherait déjà sur une solution de sécurité renforcée, à trois facteurs. Pour accéder à leur Gmail, certains clients devront insérer une clé USB Le produit n'est pas encore officiel, mais selon les témoignages anonymes de collaborateurs de Google recueillis par Bloomberg, le renforcement de la sécurité des produits de la firme serait dans les cartons. En novembre 2017, Google devrait proposer à des patrons de grandes entreprises et personnalités politiques des clés USB physiques. Une fois ce dispositif de sécurité supplémentaire activé, Gmail, Google Drive et autres applications de Google ne devraient fonctionner que lorsque la clé USB est insérée. Les détenteurs de ces comptes ulta-sécurisés verront également Google interdire l'accès à leur compte aux sites tiers. Il ne sera pas possible, par exemple, de connecter son logiciel comptable au tableur Google Sheets, transférer des vidéos depuis son téléphone vers YouTube ou encore synchroniser l'agenda de son smartphone avec le Calendrier Google. Google souhaite se positionner en tant que fournisseur de communications 100 % sécurisées Comme pour tout dispositif de sécurité, une protection renforcée vient toujours au prix du confort et d'une facilité d'usage.

Facebook. Twitter. Google Plus. Instagram. Youtube. Aux États-Unis, les candidats à l'élection présidentielle ne lésinent pas sur les dépenses de campagne. Charabia44. Bernie Sanders, refusant les super PAC ne doit le financement de sa campagne qu'à la générosité de ses supporters.

L'élection présidentielle américaine de 2016, cinquante-huitième élection présidentielle américaine depuis 1788, a lieu le 8 novembre 2016 et conduit à la désignation du républicain Donald Trump comme quarante-cinquième président des États-Unis.

Les dépenses publicitaires d'entités russes sur Google pourraient avoisiner les 100.000 dollars (environ 85.200 euros) afin d'influencer la campagne présidentielle américaine. © Fournis par La Tribune Les dépenses publicitaires d'entités russes sur Google pourraient avoisiner les 100.000 dollars (environ 85.200 euros) afin d'influencer la campagne présidentielle américaine.

Google a découvert que "des dizaines de milliers de dollars" avaient été dépensés en contenus sponsorisés sur ses réseaux par des entités russes. Le but présumé : influencer la campagne présidentielle américaine. Comme Facebook et Twitter, le moteur de recherche est appelé à se présenter devant le Congrès le 1er novembre.

Facebook, Twitter... Et maintenant Google. A son tour, le géant américain a trouvé, sur ses services, des contenus financés par des organisations russes, a dévoilé le Washington Postlundi. L'entreprise "a découvert que des dizaines de milliers de dollars avaient été dépensés pour des contenus sponsorisés par des intérêts russes dans le but de faire de la désinformation" alors que la filiale d'Alphabet détient la première régie publicitaire en ligne au monde. Le moteur de recherche, la plateforme vidéo YouTube, la messagerie Gmail et sa régie publicitaire DoubleClick auraient été visés, liste le quotidien. Ces dépenses publicitaires pourraient avoisiner les 100.000 dollars (environ 85.200 euros), selon une source proche de l'enquête.

Plus de 100 arrestations en Russie après des défilés anti-Poutine

  Plus de 100 arrestations en Russie après des défilés anti-Poutine par Vladimir Soldatkin et Jack Stubbs Plus de 100 personnes ont été interpellées samedi en Russie dans le cadre d'une série de manifestations organisées dans tout le pays pour réclamer la libération de l'opposant Alexeï Navalni et la démission de Vladimir Poutine dont c'était le 65e anniversaire.A Saint-Pétersbourg, la ville du président russe, où environ 1.500 personnes ont manifesté, un journaliste de Reuters a compté dix arrestations. "Poutine est un voleur", "Liberté", criaient les manifestants.A Moscou, quelques personnes ont été brièvement interpellées.

La gauche latino- américaine qui a durant les années 2 000 gouverné sur une large partie du continent a récemment vu le nombre de ses On s'en fout des réactions de ce trouduc, il ne vient que pour la pub ! Economie. La Russie prolonge son embargo contre l'Occident jusqu'en 2019. 12 juil. 2018.

L’élection présidentielle de 2018 est organisée en Russie le 18 mars 2018. Vladimir Poutine ayant réuni une majorité absolue des voix dès le premier tour, aucun second tour n'est organisé. Le 6 décembre 2017

Ces publicités ne semblent pas émaner de l'organe affilié au Kremlin qui a aussi acheté des annonces auprès de Facebook. Conséquence : le travail coordonné de plusieurs organisations russes pourrait être le signe d'une vaste campagne de désinformation en ligne. Alors que les autorités américaines enquêtent sur une possible ingérence de Moscou dans l'élection américaine de 2016, Google était jusqu'ici resté très discret sur la question. Le Congrès, ainsi que la justice américaine, cherchent à déterminer si les réseaux sociaux et les moteurs de recherche ont pu servir de plateforme de manipulation politique.

Google dit avoir "une série de règles très strictes en matière de contenus sponsorisés, notamment des limites sur le ciblage de contenus politiques sponsorisés et l'interdiction de cibler des contenus selon la race et la religion", rapporte un porte-parole de l'entreprise à l'AFP.

Google a trouvé des contenus sponsorisés liés à la Russie

  Google a trouvé des contenus sponsorisés liés à la Russie Comme Facebook et Twitter, Google a trouvé sur son réseau des contenus financés par des intérêts russes, alors que les autorités américaines enquêtent sur une possible ingérence de Moscou dans l'élection américaine de 2016, selon le Washington Post. Le groupe américain "a découvert que des dizaines de milliers de dollars avaient été dépensés pour des contenus sponsorisés (+ads+) par des intérêts russes dans le but de faire de la désinformation (...) notamment sur (la plateforme vidéo) YouTube", ainsi que sur Google, Gmail et sa régie publicitaire DoubleClick, écrit le quotidien, citant des sources anonymes.

La citation du jour. « Donald Trump a fait allégeance absolue à un grand nombre de positions recherchées par la politique étrangère russe ». Lire aussi : Donald Trump invite la Russie dans la campagne présidentielle américaine .

La Russie a interféré dans la présidentielle américaine , estime la CIA dans une évaluation secrète dont le Washington Post s'est fait l'écho après que Barack Obama a ordonné un rapport sur les piratages informatiques menés pendant la campagne.

10 millions d'utilisateurs atteints sur Facebook

En effet, les annonceurs peuvent cibler certains utilisateurs sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche selon leur profil, leur lieu géographique, les historiques de recherche ou encore leurs centres d'intérêts... Il peut s'agir de publicités classiques mais aussi de publications ou de pages sponsorisées. Ainsi, certaines publicités parues sur Facebook avant et après l'élection présidentielle américaine mettait en avant des propos anti-immigration. Ses publicités orientées auraient atteint 10 millions sur les 210 millions d'utilisateurs américains de Facebook, selon un communiqué publié le 6 octobre par le réseau social.

> Lire aussi :Election américaine : Facebook se défend d'avoir favorisé la victoire de Donald Trump

Début septembre, Facebook a révélé que près de 500 comptes avaient probablement été activés depuis la Russie pour "troller" la campagne présidentielle et nourrir des tensions politiques aux États-Unis. Au total, ces comptes auraient dépensé près de 100.000 dollars entre juin 2015 et mai 2017. Cette somme correspond à l'achat d'environ 3.000 annonces sur le réseau. Facebook, ainsi que Google et Twitter, sont appelés à se présenter devant le Congrès le 1er novembre prochain pour une audition publique.

(Avec agences)

Microsoft tacle Google sur sa gestion d’une faille .
Microsoft et Google ne cessent de se lancer des piques : les deux géants de la Silicon Valley ont des équipes spécialisées dans la recherche de failles dans leurs programmes ainsi que dans ceux de leurs concurrents ce qui permet de rendre, petit à petit, Internet un peu plus sûr face aux hackers. Sauf que les deux géants ont des visions très différentes de la meilleure façon de réagir face à la découverte d'une de ces failles. Google, notamment, a pour habitude de publier les détails d'une faille qu'il a découverte une semaine après en avoir informé les intéressés. Une manière de leur mettre la pression à laquelle Microsoft a déjà dû faire face. Microsoft découvre une faille dans Chrome Dans le cadre de la recherche de failles, l'équipe Microsoft Offensive Security Research a identifié une faille critique permettant l'exécution de code à distance dans le navigateur de Google, Chrome. Microsoft a signalé la faille à Google le 14 septembre 2017, avec toute une série d'autres failles mineures, ce qui a permis à l'équipe de Microsoft de gagner très exactement 15.837 dollars dans le cadre du programme de Google. Naturellement, Microsoft n'a pas touché l'argent : l'entreprise a désigné le centre pour l'éducation Denise Louie de Seattle comme bénéficiaire et Google lui a versé 30.000 dollars. Surtout, comme le signale Microsoft sur son blog le 18 octobre 2017, Google a créé un correctif en un temps record : 4 jours.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!