Tech & Science Ces poissons n'ont que quelques neurones de différence

21:20  09 février  2018
21:20  09 février  2018 Source:   gentside.com

Avec la soft robotics, les robots deviennent tout mous

  Avec la soft robotics, les robots deviennent tout mous La robotique molle, ou soft robotics, est-elle l’avenir de la robotique classique ? Ce champ de recherche est apparu en même temps que la création de matériaux à mémoire de forme. Les robots mous, à la différence de leurs confrères rigides, disposent d’une grande souplesse et d’une mobilité accrue. © YOUTUBE/HARVARD UNIVERSITY "Si on veut attraper un œuf avec un robot rigide, il faut faire preuve d'une grande précision dans le contrôle afin de ne pas écraser l’œuf.

Des chercheurs de l'Institut des neurosciences de l'Université Paris-Saclay ont étudié le développement du cerveau d’une étonnante espèce de poissons : Astyanax mexicanus. Au sein de ce même groupe en effet, deux types d’individus se distinguent : certains nagent en surface

Un même poisson à quelques neurones près. Crédits : Sylvie Rétaux, Hélène Hinaux, Yannick Elipot. En intervenant sur le développement neuronal des larves Outre cette modification du comportement, la différence du nombre de neurones à hypocrétines observée entre les deux poissons semble

Vidéos suggérées
  • 40279LW

    40279LW

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:42
  • 40271LW

    40271LW

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:32
  • Un arachnide vieux de 100 millions d'années

    Un arachnide vieux de 100 millions d'années

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:40
  • un Python avale un possum

    un Python avale un possum

    Logo de Gentside
    Gentside
    1:21
  • 40271LW

    40271LW

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:46
  • Une tigresse sibérienne effondrée de fatigue

    Une tigresse sibérienne effondrée de fatigue

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:41
  • Une vague de feu aurait envahi la surface de la Terre il y a 12.800

    Une vague de feu aurait envahi la surface de la Terre il y a 12.800

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:37
  • La tombe d'une prêtresse découverte en Egypte

    La tombe d'une prêtresse découverte en Egypte

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:46
  • Des crocodiles oranges

    Des crocodiles oranges

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:46
  • des dinosaures sur le parking de la NASA

    des dinosaures sur le parking de la NASA

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:40
  • Les inondations en Europe vont s'aggraver

    Les inondations en Europe vont s'aggraver

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:46
  • Le signal perdu d'un satellite retrouvé

    Le signal perdu d'un satellite retrouvé

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:44
  • Une nouvelle espèce de conifère découverte en Corée

    Une nouvelle espèce de conifère découverte en Corée

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:59
  • Comment des corbeaux attaquent des crapauds empoisonnés

    Comment des corbeaux attaquent des crapauds empoisonnés

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:51
  • combat entre deux colonies d'E. coli

    combat entre deux colonies d'E. coli

    Logo de Gentside
    Gentside
    0:33
  • Le bruit perturbe les poissons

    Le bruit perturbe les poissons

    Logo de Gentside
    Gentside
    1:04
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Des chercheurs de l'Institut des neurosciences de l'Université Paris-Saclay ont étudié le développement du cerveau d'une étonnante espèce de poissons : Astyanax mexicanus. Au sein de ce même groupe en effet, deux types d'individus se distinguent : certains nagent en surface, sont colorés et voient parfaitement, d'autres, au contraire, vivent dans des grottes sombres, sont dépigmentés, aveugles, et surtout, ne dorment presque jamais. Des disparités morphologiques et comportementales que les chercheurs attribuent à une différence dans le nombre d'un type particulier de cellules cérébrales : les neurones orexinergiques.

Antony Cordier nous raconte "Gaspard va au mariage"

  Antony Cordier nous raconte Bijou pop de ce début d'année 2018, «Gaspard va au mariage» va vous réconcilier avec la comédie familiale Made in France. Nous avons donné la parole à son réalisateur Antony Cordier. Liberté et plaisir, ce sont les deux mots qui sont revenus les plus souvent durant l'entretien que nous a accordé le réalisateur de «Gaspard va au mariage» Antony Cordier. Liberté de choisir les acteurs qu'il voulait, tout d'abord, Laetitia Dosch en tête. «Nous avons imposé Laetitia Dosch, personne ne la connaissait. Il y avait des actrices avec plus de notoriété qui voulaient le rôle. A l’arrivée, nous sommes récompensés.

Cela fait plus de 10 ans que leurs cousins, Brachiopsilus ziebelli, n ’ ont pas été aperçus par les scientifiques. Vidéo. Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence .

Or, bien que plusieurs de ces neurones aient été identifiés et étudiés en détail, la majorité d'entre eux transmettent plutôt des sensations de douleur. Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence .

Entre ces deux poissons, difficile de trouver un point commun. L'un nage dans les eaux de surface des rivières d'Amérique Latine, où il laisse entrevoir les reflets colorés de ses écailles. L'autre, aveugle et dépigmenté, se cache dans les profondeurs de grottes sous-marines mexicaines. Et pourtant, tous les deux appartiennent à une seule et même espèce : Astyanax mexicanus. Plus connus sous le nom de tétras mexicains, ces poissons, de la famille des Characidés, peuvent atteindre une douzaine de centimètres de longueur.

Des chercheurs de l'Institut des neurosciences de l'Université Paris-Saclay ont étudié en détail le développement embryonnaire de ces étonnants animaux, et en particulier celui de leur cerveau. Ils ont alors découvert que c'est au cours des premières étapes de sa formation que se trouvent les clés qui permettent d'expliquer les différences entre les tétras cavernicoles et leur congénères de surface.

Ménès détruit Emery

  Ménès détruit Emery C’était à attendre. Les choix tactiques d’Unai Emery pour le déplacement à Madrid ont été la cible de nombreuses critiques après le revers du PSG (3-1). Pierre Ménès s’est notamment montré particulièrement virulent. Les trois prochaines semaines s’annoncent compliquées pour Unai Emery. D’ici le match retour face au Real Madrid, l’entraîneur parisien n’a pas fini d’être sur la sellette. La faute à la défaite du PSG, mercredi, sur la pelouse de Santiago Bernabeu (3-1) et à certains choix forts qui interpellent forcément au vu du déroulé du match.

Britanny Wenger, une lycéenne américaine âgée de 18 ans, a mis au point un réseau de neurones artificiels. Découvrez six conseils pour booster la production de nouveaux neurones ! Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence .

Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence . Cette Anglaise souffre d'un étrange syndrome qui lui fait constamment sentir le poisson . Partez à la découverte des récifs coralliens du Patrimoine mondial de l'UNESCO à l'Aquarium de Paris.

Des différences précoces

Dix heures seulement après la fécondation, les tétras cavernicoles commencent en effet à développer en plus grand nombre un type de cellules cérébrales bien spécifique : les neurones orexinergiques.

Unai Emery : «Je suis sûr qu’on va passer face au Real»

  Unai Emery : «Je suis sûr qu’on va passer face au Real» A la veille de la réception de Strasbourg en Ligue 1, l’entraîneur du PSG est longuement revenu sur la défaite mercredi soir à Santiago Bernabeu en 8es de finale aller de la Ligue des champions. Sur ses choix tactiques à Madrid : «Toutes les choses que nous avons fait durant ce match, ce sont des choses que nous avons travaillé cette saison. Ce n’était pas la première fois. Beaucoup de choses qui se sont passées sur le terrain, c’était ce que je voulais. La différence, c’est si tu marques ou pas. La sortie de Cavani ? C'est un choix tactique. J'ai décidé pendant le match. Nous l'avions déjà fait cette saison».

Les poissons charnus, quant à eux, ont une organisation plus proche des tétrapodes : leurs nageoires s’apparentent à des membres articulés et leur organisme est comparable à celui des espèces terrestres. Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence .

Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence . Les reptiles et les oiseaux nous ressemblent plus qu'on ne le pense.

Aussi nommées neurones à hypocrétines, en référence à l'autre appellation du neurotransmetteur qu'elles sécrètent - l'orexine - ces cellules ont un rôle crucial dans la régulation du sommeil. Concentrées notamment dans l'hypothalamus, elles sont capables de stimuler l'organisme pour le maintenir en état d'éveil. Une faculté qui est d'ailleurs suspectée, en cas de dysfonctionnement, d'être à l'origine de la narcolepsie chez l'Homme.

Selon l'étude réalisée par les scientifiques de l'Université Paris-Saclay, publiée tout récemment dans la revue eLife, l'influence précoce de deux protéines, baptisées Shh et Fgf, est responsable de la multiplication des neurones orexinergiques chez les tétras cavernicoles dès les premières heures de leur développement.

Près de cent nouvelles exoplanètes ont été découvertes par Kepler

  Près de cent nouvelles exoplanètes ont été découvertes par Kepler Publiée récemment dans l'Astronomical Journal, une annonce concernant la découverte de nouvelles exoplanètes excite la communauté scientifique.   © Gentside Découverte Kepler a découvert de nouvelles exoplanètes - NASA Après une réparation d'urgence suite à une panne de ses stabilisateurs en 2013, le télescope Kepler a été remis en service pour une autre mission baptisée K2.

Expériences sur les neurones géants de calmar à la fin des années 30 et dans les années 40. Démonstration du potentiel d’action. Il existe une différence de potentiel à travers la membrane d’une cellule.

Quand un requin a la mauvaise idée de s'attaquer à un poisson porc-épic. Vidéo. En Tasmanie, des plongeurs ont repéré l’un des poissons les plus rares au monde. Ces poissons n ' ont que quelques neurones de différence .

Cette quantité accrue de neurones responsables de l'éveil explique ainsi indubitablement le comportement particulier du tétra des grottes ; lui qui, contrairement à ses congénères de surface, ne dort presque jamais. Un comportement probablement lié à son mode d'alimentation. « Nous avons découvert précédemment que le sommeil est augmenté chez les poissons cavernicoles durant les périodes prolongées de famine. Cela a permis de suggérer qu'ils réprimaient leur sommeil afin de chercher de la nourriture à la saison humide, quand elle est abondante », explique James Jaggard, chercheur à la Florida Atlantic University, aux États-Unis.

Le tétra cavernicole et son homologue des eaux de surface © Gentside Découverte Le tétra cavernicole et son homologue des eaux de surface

Un Comportement et une morphologie en étroite relation

Outre cette modification du comportement, la différence du nombre de neurones à hypocrétines observée entre les deux poissons semble également être liée à leur disparité morphologique.

Les scientifiques suspectent en effet une relation directe entre les mécanismes qui ont conduit le tétra carvenicole à perdre la vue, et celui qui explique son éveil quasi-permanent, comme l'explique dans un communiqué le co-auteur de l'étude Jorge Torres-Paz, chercheur post-doctorant au CNRS : « De façon intéressante, nous avons découvert que la variation du nombre de neurones orexinergiques intervient durant les premières étapes du développement embryonnaire, qui se produisent dans les 10 premières heures qui suivent la fécondation. Cela suggère que les mécanismes qui conduisent à la perte des yeux peuvent également intervenir dans le développement du cerveau et du comportement, comme le sommeil. »

Outre son aspect, c'est désormais avant tout le rythme de vie particulier du tétra cavernicole qui intéresse les chercheurs. La découverte de ses origines physiologiques pourrait leur permettre de mieux expliquer les différences observées dans le monde animal. « Nos résultats sont en faveur du rôle de l'hypocrétine en relation avec le sommeil chez d'autres animaux, et fournissent ainsi une nouvelle façon d'étudier les différences de sommeil dans le règne animal tout entier. »

Une perspective qui pourrait même d'ailleurs trouver des applications dans le domaine de la santé humaine. Les tétras cavernicoles, au sommeil si léger, pourraient sans doute constituer des modèles parfaits pour étudier les troubles tels que l'insomnie. Depuis leur antre sombre, les tétras des cavernes pourraient, bien malgré eux, nous aider un jour à retrouver le sommeil.

Donovan Mitchell, prince du dunk ! .
Rendez-vous incontournable du All-Star week-end, le Slam Dunk Contest a été remporté par Donovan Mitchell, samedi à Los Angeles. Devin Booker a quant à lui brillé lors du concours de tirs à trois points. Le spectacle avant l’heure. A la veille du All-Star Game de la NBA, qui opposera cette année la "Team LeBron" à la "Team Steph", le public du Staples Center en a pris plein les yeux, samedi à Los Angeles, lors des différents concours. Notamment celui toujours très attendu des dunks, qui a été dominé par Donovan Mitchell. En finale, le rookie du Utah Jazz a pris le meilleur sur Larry Nance Jr.

Source: http://fr.pressfrom.com/actualite/technologie-et-sciences/-77485-ces-poissons-nont-que-quelques-neurones-de-difference/

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!