Style Anorexie : les mannequins devront désormais produire un certificat médical

22:30  16 mai  2017
22:30  16 mai  2017 Source:   ELLE

Comment Instagram aide efficacement à lutter contre la #depression

  Comment Instagram aide efficacement à lutter contre la #depression D’après le World Health Organization, plus de 300 millions de personnes souffrent de dépression à travers le monde. Et bien entendu, les réseaux sociaux se font l’écho de cette maladie, Instagram en tête. Si elle permet de se mettre en scène et peut devenir ainsi un temple de l’ego, l’application permet aussi de poster des photos de manière anonyme et, parfois, de partager son mal-être avec les autres.Une communauté utilisant le hashtag #depression s’est ainsi formée, comme l’indique un article de Vocativ, qui se fonde sur une étude américaine publiée cette année.95.

Cette page vous redirigera vers la page d’acceil du centre aide. Si la page n’a pas rediriger, vous pouvez cliquer sur ce lien suivant www.cic.gc.ca/francais/centre-aide/index-en-vedette-can.asp.

papier glacé - des mannequins aux membres décharnés et aux os saillants : les modèles devront désormais fournir un certificat médical pour prouver Ces mesures "visent à agir sur l'image du corps dans la société pour éviter la promotion d'idéaux de beauté inaccessibles et prévenir l' anorexie

Anorexie : les mannequins devront désormais produire un certificat médical © imaxtree Anorexie : les mannequins devront désormais produire un certificat médical

Les décrets d'application sont passés presque inaperçus à la veille du second tour de l'élection présidentielle. Pourtant, ils ont bien été promulgués, ces « amendements mannequins » à la loi santé de janvier 2016. Objectif : lutter contre l'extrême maigreur de certaines tops et prévenir l' anorexie des jeunes filles. Que stipulent ces décrets ? D'abord que toute photographie publicitaire dont la protagoniste a été retouchée devra être présentée comme telle. Et, surtout, que les mannequins travaillant en France devront produire un certificat médical, établi pour deux ans maximum, prouvant leur bonne santé. Pour cela sera pris en compte, entre autres critères, l'indice de masse corporel, le fameux IMC qui fait tant débat. Pour les plus de 18 ans, l'IMC de référence, qui doit servir de signal d'alerte au médecin, est celui de maigreur modérée à sévère. Soit, dans le tableau établi par l'Organisation mondiale de la santé, un indice inférieur à 17. Mais il ne sera pas le seul critère, et donc pas éliminatoire : la santé de la top sera envisagée dans sa globalité (courbe de croissance pour les plus jeunes, cycles menstruels, état psychologique, etc.). Toute personne faisant travailler des filles sans certificat - autrement dit les agences, qui sont leurs employeurs - risque six mois de prison et 75 000 euros d'amende. Si l'intention est tout à fait légitime, les dispositions envisagées déroutent l'industrie de la mode. « Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il y a nécessité à réguler un univers dans lequel il y a parfois des abus. Mais pourquoi stigmatiser les seules agences de mannequins quand c'est toute une profession - y compris les créateurs, les directeurs de casting, etc. - qui a sa part de responsabilité ? » interroge un agent souhaitant rester anonyme.

Une marque de lingerie choisit une égérie de 57 ans et c'est canon

  Une marque de lingerie choisit une égérie de 57 ans et c'est canon Célèbrer la femme, au naturel et peu importe son âge, sa corpulence ou sa couleur de peau, c'est le concept de la marque de lingerie néo-zélandaise Lonely. Après une campagne très remarquée en compagnie de la fameuse réalisatrice/actrice Lena Dunham, c'est la nouvelle muse de Lonely qui fait parler d'elle. La raison ? Il s'agit d'une femme de 57 ans, mannequin professionnel depuis les 80s certes. Si le label de lingerie est connu pour ses prises de positions nouvelles (et rafraîchissantes) dans le monde de la lingerie, ce phénomène de mannequins seniors ne fait que s'expandre dans l'industrie de la mode.

Anorexie : la "loi mannequin " voit enfin ses décrets d'application publiés. ?réactioncommentaire. Les mannequins devront désormais présenter un certificat médical pour exercer en France. (Photo d'illustration).

Un top sans certificat, c'est six mois de prison pour l'employeur

« Comment envisager que ces dispositions franco-françaises soient pertinentes dans un business complètement mondialisé, avec des tops venant de tous les pays, des défilés partout dans le monde, des images de toutes provenances... » questionne aussi Sophie Lamare, directrice image et casting de notre magazine, qui se félicite par ailleurs de cette prise de conscience. Un constat partagé par Nathalie Godart *, pédopsychiatre, responsable d'une unité d'hospitalisation d'adolescents anorexiques à l'Institut mutualiste Montsouris, à Paris : « Il est très positif que l'on protège la santé des mannequins, en la prenant dans sa globalité, en définissant plutôt une zone de danger qu'un seuil limite comme c'était prévu au départ. On peut avoir un IMC normal mais souffrir de troubles du comportement alimentaire, ou un IMC très bas et être en bonne santé. » Victoire Maçon Dauxerre, ex-mannequin tombée dans l'anorexie mentale en six mois, nuance pourtant le tableau : « Un certificat valable deux ans est absurde. Le contrôle doit être régulier, fait dans les agences et lors des fashion weeks. Car l'on maigrit juste avant les défilés, pour se relâcher un peu ensuite. » Reste une question : ces mesures peuvent-elles avoir un véritable effet sur l'anorexie ? « Les images de mannequins retouchées ou extrêmement maigres induisent des comportements alimentaires chez les jeunes filles qui peuvent être dommageables (régime, vomissements...) et qui, chez une minorité d'entre elles, peuvent se transformer en anorexie, reprend Nathalie Godart. Interdire ces représentations de la femme montrera que cette maigreur est impossible sans atteinte à la santé. Mais il faut mettre en place une vraie politique de prévention des troubles alimentaires. » Le chemin est encore long.

Cet article a été publié dans le magazine ELLE du 12 mai 2017.  Abonnez-vous ici.

Espace: de jeunes Chinois vont vivre un an «comme sur la Lune» .
Des étudiants chinois vont se relayer durant 365 jours dans un laboratoire clos simulant un environnement lunaire, a annoncé un média d'Etat, une étape supplémentaire dans l'ambition de Pékin d'envoyer des humains sur la Lune. Quatre élèves de l'université pékinoise de Beihang, spécialisée dans la recherche astronautique, sont entrés mercredi dans un module de 160 m2 baptisé Yuegong-1 ("Palais lunaire-1"), a indiqué l'agence Chine nouvelle. Ces Quatre élèves de l'université pékinoise de Beihang, spécialisée dans la recherche astronautique, sont entrés mercredi dans un module de 160 m2 baptisé Yuegong-1 ("Palais lunaire-1"), a indiqué l'agence Chine nouvelle.

Source: http://fr.pressfrom.com/lifestyle/style/-48164-anorexie-les-mannequins-devront-desormais-produire-un-certificat-medical/

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!